Politique › Institutionnel

Opération épervier au Cameroun: Prison à vie pour Siyam Siewé, ex directeur du port de Douala

C’est le jugement rendu par la cour d’appel du Littoral

Le verdict a suscité la stupeur et l’effroi tant dans la salle d’audience de la cour d’appel du littoral, ainsi que dans le pays tout entier. Condamnation à vie ! Cela faisait longtemps que les camerounais n’avaient plus entendu la justice appliquer pareille sentence. L’étonnement de l’opinion publique vient en effet de l’observation selon laquelle, depuis le lancement des procès des détourneurs des fonds publics, l’on était certes habitué à des lourdes peines, mais pas à des condamnations à vies. Du coup, se pose la question de savoir si l’ancien directeur général du port autonome de Douala est le plus grand détourneur de fonds publics au Cameroun, quant on sait que d’autres grands prévaricateurs comme Emmanuel Gérard Ondo Ndong ont écopé des peines plus légères. Des disparités qui ont tôt fait d’amener certaines personnes à qualifier le procès de Siyam Siewé comme ayant été un procès politique.

Du côté du ministère public, l’on semble avoir une autre lecture de ce jugement. Bien avant la sentence, le ministère public avait, pendant ses réquisitions, clairement manifesté son désir de voir condamné à vie ces accusés. En réparation des divers préjudices subis, la Cour doit condamner les accusés à l’emprisonnement à vie, avait martelé l’avocat général.
Pour lui, il était question de déclarer les accusés coupables de tous les faits qui leur sont reprochés. Il faut aussi sanctionner afin d’éviter qu’à l’avenir, l’on ne confonde les deniers publics avec le patrimoine personnel, a-t-il poursuivit. Il était surtout question pour le collège d’avocat de rendre une justice équitable et juste par une condamnation sévère. Pour la partie civile, les dommages et intérêts ne se résument pas seulement aux pertes subies. A titre de réparation, le Pad réclamait 52 milliards 236 millions 267 mille 843 FCFA. Montant auquel il faut ajouter un taux d’intérêt de 0.067% pour trouver le montant perdu par le Pad, déclare Me Ngan Superman, l’un des avocats du Pad, pour qui les dommages et intérêts s’élèvent à 75 milliards 378 millions 308 FCFA 010 FCFA.

Sur les 13 personnes qui sont accusés de détournement de deniers publics au port autonome de Douala, Trois écopent d’un emprisonnement à vie. Il s’agit notamment de Siyam Siewé, Kamdem et Assana. Siewé Nitcheu écope lui de 25 ans de prison. Le colonel Edouard Etonde Ekotto l’ex PCA du port autonome de Douala (PAD), et Maître Abessolo, avocat du PAD écopent quant à eux de 15 ans de prison. Les avocats, sauf ceux de la partie civile et du ministère public, présents à cette audience, ont tous déploré la condamnation de leur confrère Me Abessolo. Ce dernier défendait les intérêts du PAD pendant la gestion de Siyam Siewé. Mécontents, ses confrères sont tous sortis au moment du prononcé de la sentence. Pour ces avocats, on ne peut pas être condamné pour avoir exercé ses fonctions.
Il convient de noter que les trois accusés condamnés à vie ont 10 jours pour se pourvoir en cassation. Les autres condamnés ont quant à eux 30 jours pour le même exercice. En rappel, devant le Tribunal de Grande Instance du Wouri, l’ancien Directeur général du Pad, Siyam Siewé, qui purge sa peine dans les cellules de la légion de gendarmerie du Littoral, avait été condamné à 30 ans de prison ferme, alors qu’Edouard Etonde Ekotto ancien PCA avait écopé de 10 ans de prison ferme.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut