Culture › Danse et Théâtre

«Pakgne», la websérie camerounaise qui impose le rire

Capture d'Ă©cran, DR

Les épisodes disponibles sur la toile mettent en scène un groupe de quatre jeunes filles qui abordent, avec humour, les embrouilles quotidiennes des camerounaises.

«Pakgne», c’est la nouvelle découverte en termes de websérie camerounaise après «collocation entre filles» de Ruby. La série propose de rire de la langue bien pendue de certaines filles, ou de leur manie de vouloir paraître ce qu’elles ne sont pas réellement, et même des amitiés souvent superficielles qui les lient. En Bref, «Pakgne» relate le quotidien de certaines jeunes filles camerounaises, dans un humour auquel vient se greffer un projet d’éveiller les consciences.

Pour y parvenir la bande à Muriel Blanche et Marcelle Kuetche jongle entre l’emploi d’un langage français courant, l’argot camerounais et des langues locales. En un mois, elles cumulent 917 442 vues sur la plateforme Youtube pour les sept épisodes de «Pakgne» ; à savoir,  notamment «La Mbenguiste», «Mytho», «Sokoh», «Verrai», «Affaire de Facebook»…

Extrait d’une rĂ©plique :


«Tu es toujours belle, mĂŞme Ă  la maison tu es toujours nyanga et sexy, tu es très belle je te jure. Ton rouge Ă  lèvres alors, tu es « ndolè ». Ton petit collier noir-ci j’aime ça. Ton petit blouson-ci alors… Bon en fait, j’avais rendez-vous le soir avec un gars et je ne veux pas qu’il pense que je n’ai rien. Tu vois ton petit collier cĹ“ur-lĂ , le petit papillon qu’il y a souvent sur ça, le design-lĂ  me tue. J’avais vraiment besoin du petit bracelet-lĂ  et aussi, je ne sais pas si tu peux aussi me donner ta petite chaussure rouge avec laquelle tu sors souvent lĂ . Je ne sais pas comment te dire ça, mais je n’ai pas beaucoup de sous-vĂŞtements donc je ne sais pas si tu peux me prĂŞter ton petit string rouge», peuvent entendre les internautes dans «Verrai», un « camerounisme » qui dĂ©signe le fait d’emprunter toutes sortes d’objets (vĂŞtements, accessoires, chaussures, etc) pour pouvoir soigner son apparence.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut