› International

Paris: Des dirigeants attendus au sommet sur l’Afrique

Une quarantaine de dirigeants africains ont annoncé leur présence au Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France les 6 et 7 décembre

Six autres ont été jugés persona non grata, selon la présidence française. Seront également présents le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que la présidente de la Commission de l’Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. Les chefs d’Etat qui ont maille à partir avec la justice internationale et ceux qui ont été exclus de l’UA, n’ont pas été conviés. Les premiers sont le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) et celui du Zimbabwe, Robert Mugabe, dont le pays est frappé par des sanctions européennes et américaines. Les dirigeants des six pays exclus de l’UA n’ont pas été invités. La Guinée-Bissau, la République centrafricaine, Madagascar et l’Egypte seront représentés, mais pas au niveau de leur chef d’Etat, a-t-on précisé à l’Elysée. En revanche, le président kényan, Uhuru Kenyatta, poursuivi par la CPI, a été convié, ayant, selon Paris, constamment collaboré avec cette juridiction.

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, sera absent en raison de son état de santé. L’Algérie sera représentée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Annoncé fin mai à Addis Abeba par François Hollande lors du 50e anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), devenue UA en 2002, le sommet sera dominé par les questions de défense et de sécurité. « La sécurité de l’Afrique, c’est l’affaire des Africains, ce qui n’empêche pas qu’un pays comme la France ou que l’Europe vienne en appui », avait alors déclaré le président français.

Ces questions feront l’objet d’une première table ronde à huis clos, le 6 décembre, au cours de laquelle le sommet se penchera sur les « menaces transversales » qui pèsent sur l’Afrique comme le terrorisme, la piraterie, les frontières poreuses ou les trafics mais aussi la sempiternelle question de la création d’une force africaine d’action rapide.

Le lendemain, les chefs d’Etat et de gouvernement examineront le partenariat économique et de développement, sur la base d’un rapport qui doit être remis prochainement au ministre français des Finances, Pierre Moscovici. Le sommet se refermera après une table ronde sur les questions climatiques, dans la perspective de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui sera accueillie par la France en 2015.

Les dirigeants africains attendus à Paris
africatime.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut