International › AFP

Partage de renseignements: le chef de l’Otan fait « confiance Ă  tous les alliĂ©s »

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Otan, Jens Stoltenberg, a affirmĂ© jeudi faire « confiance Ă  tous les alliĂ©s » sur le partage d’informations sensibles, après la polĂ©mique sur des renseignements confidentiels donnĂ©s par le prĂ©sident amĂ©ricain Donald Trump au chef de la diplomatie russe.

M. Stoltenberg s’est dit « absolument sĂ»r » que les 28 pays membres de l’Alliance atlantique, dont les Etats-Unis, « sont capables de partager et traiter ces informations d’une bonne manière », en arrivant Ă  une rĂ©union de l’UE Ă  Bruxelles.

« J’apprĂ©cie vraiment beaucoup la coopĂ©ration que nous avons au sein de l’Otan sur le partage de renseignements » classĂ©s secret dĂ©fense, a prĂ©cisĂ© M. Stoltenberg.

« Nous faisons cela depuis de nombreuses annĂ©es et en fait, l’Otan a amĂ©lioré » la coopĂ©ration entre ses 28 membres en la matière en crĂ©ant l’an dernier une unitĂ© dĂ©diĂ©e, a-t-il rappelĂ©.

Selon le Washington Post et d’autres mĂ©dias, M. Trump a divulguĂ© des renseignements concernant une opĂ©ration prĂ©parĂ©e par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), lors d’une rencontre le 11 mai avec le chef de la diplomatie russe SergueĂŻ Lavrov et l’ambassadeur russe aux Etats-Unis SergueĂŻ Kisliak dans le Bureau ovale.


Le quotidien affirme que, lors de l’entretien, le prĂ©sident amĂ©ricain « a commencĂ© Ă  dĂ©crire les dĂ©tails d’une menace terroriste posĂ©e par le groupe EI et liĂ©e Ă  l’utilisation d’ordinateurs portables dans des avions ». Il aurait Ă©tĂ© jusqu’Ă  mentionner la ville en Syrie oĂą a Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©e la menace ce qui pourrait directement mettre en danger la source.

Ces informations auraient été communiquées par Israël, grand allié des Etats-Unis.

Face au tollĂ© provoquĂ© parmi les Ă©lus et dans les milieux du renseignement, le conseiller amĂ©ricain Ă  la SĂ©curitĂ© nationale, le gĂ©nĂ©ral H.R. McMaster, a tentĂ© de minimiser l’affaire en affirmant que les informations Ă©voquĂ©es n’ont pas mis en cause « la sĂ©curitĂ© nationale ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut