Culture › Mode

Pascale Marthine Tayou se dévoile à la Maison Revue Noire à Paris.

L’artiste plasticien camerounais va exposer ses nouvelles uvres du 21 avril au 12 juillet 2011

Pascale Marthine Tayou va exposer ses nouvelles uvres, du 21 avril au 12 juillet 2011, à la Maison Revue Noire, dans le quatorzième arrondissement de Paris. Pour cette exposition la septième du genre, qui lui est consacrée depuis le début de l’année, Pascale Marthine Tayou proposera une installation faite de piles de livres et magazines montés sur dix axes d’acier. Après s’être fait connaitre en 1994, par une première série d’ uvres consacrées au Sida, l’artiste, a depuis, fait le tour des thèmes tels que la ruralité, la mondialisation ou encore l’immigration.

Agé de 44 ans, Pascale Marthine Tayou qui vit à Paris. Il est connu pour sa sculpture voiture, « Garage Modern », composée d’un agencement de pièces de véhicules usagers et montés, par des garagistes camerounais, avec une projection de vidéos qui dévoile au public, le processus d’assemblage. Cette uvre qu’il a présentée lors de la Skulptur Biennale Münsterland en Allemagne, porte en elle-même les réflexions de Pascale Marthine Tayou, sur des sujets tels que l’immigration, l’intégration et le commerce mondial. L’art plastique de Pascale Marthine Tayou, est déjà exposé dans les villes françaises de Lille et Lyon, de Gand en Belgique, de Venise en Italie, de Shanghai en chine, ainsi qu’à Douala au Cameroun.

La définition du talent de Marthine Tayou comprend dessins, images, installations, vidéos… Fondamentalement, son uvre a quelque chose d’un journal intime ; Il y laisse transparaître des aspects de sa vie nomade, de sa famille et de sa vie au Cameroun. Son uvre pose aussi des questions acerbes sur l’identité culturelle et nationale, en plus de susciter des réflexions plus existentielles, par exemple au sujet du sida ou de la cacophonie qui règne dans les villes. Dans ces uvres profondes qui révèlent la perméabilité des frontières, il nous entraîne même vers des réflexions relatives à l’économie et à la migration, comme elles sont définies par l’historique personnel (et les rencontres avec d’autres).

Pascale Marthine Tayou, artiste plasticien camerounais
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé