PersonnalitĂ©s â€ș Diaspora

Patrick MĂ©rimĂ© Kwibo : du rĂȘve europĂ©en Ă  la chaĂźne marocaine 2M

©Journalducameroun

Ce Camerounais de la trentaine, ancien immigrĂ© clandestin au Maroc, vient d’ĂȘtre recrutĂ© dans la deuxiĂšme entreprise mĂ©diatique publique du royaume chĂ©rifien.

Patrick MĂ©rimĂ© Kwibo ne passe pas inaperçu. Ses cheveux, une criniĂšre longue et touffue, le singularisent et font son identitĂ©. Ce jeudi 23 novembre 2017, dans la grande salle du ThĂ©Ăątre national Mohammed V, Il fait sa premiĂšre prĂ©sentation de spectacles sur Visa for music. Le jeune Camerounais, aussi appelĂ© Teddy Patou en est tout excitĂ©. Heureusement, tout s’est bien passĂ©. Il peut serrer des mains qui le fĂ©licitent et garder un regard positif sur l’avenir. Il y a Ă  peine deux mois, il a Ă©tĂ© recrutĂ© comme journaliste, animateur radio de la chaĂźne publique marocaine 2M. Un challenge pour le Camerounais, pour qui les trois premiĂšres annĂ©es au Maroc n’auront pas Ă©tĂ© un cadeau.
NĂ© 07 juin 1983, Patrick MĂ©rimĂ© Kwibo fait ses premiers pas dans un quartier difficile de Douala. « C’était un espace qui Ă©tait prĂ©vu pour le dĂ©pĂŽt de produits toxiques », raconte-t-il. En grandissant, le jeune Camerounais commence Ă  nourrir des rĂȘves d’Occident. AprĂšs l’obtention d’un baccalaurĂ©at scientifique, il entame des Ă©tudes supĂ©rieures en sciences Ă©conomiques et gestion appliquĂ©e. Puis, un beau matin, il prend la route pour l’Europe, dĂ©terminĂ© Ă  y arriver, coĂ»te que vaille.
Pendant plusieurs jours, il traverse les pays d’Afrique sub-saharienne jusqu’à l’AlgĂ©rie. Patrick y passe un an, avant de poursuivre son pĂ©riple vers le Maroc. Le jeune Camerounais y entre en 2012, par Oujda, ville situĂ©e dans le Nord-est du pays. Sans papiers, Patrick est accueilli par Christian, un compatriote Ă  qui il rend hommage. Il parle aussi de Judith, autre Camerounaise qui travaillait dans un centre d’appel au Maroc. « C’est grĂące Ă  elle que j’ai vĂ©ritablement commencĂ© Ă  faire de la radio, parce qu’elle gĂ©rait une web radio », se souvient Patrick MĂ©rimĂ©. Mais, cette passion nĂ©e fortuitement ne nourrissant pas son homme, le jeune homme prend de petits boulots. « J’ai travaillĂ© dans le bĂątiment, dans les champs, j’ai fait le mĂ©nage. Tout ce que je trouvais Ă  faire, je l’ai fait pour gagner de l’argent. Mon objectif Ă©tait toujours de gagner l’Europe », raconte Patrick MĂ©rimĂ©.
Mais, son obstination pour l’Europe va prend un coup lorsqu’il rencontre Ouadih Dada, prĂ©sentateur vedette du journal tĂ©lĂ©visĂ© de 20h de la chaĂźne 2M. A l’époque, Patrick MĂ©rimĂ© et son amie Nadia Macauley animent «Radio cafĂ© au lait », un web-programme radio qui prĂ©sente le parcours d’artistes du Sud du Sahara. C’est ainsi que le Camerounais se fait remarquer par le journaliste marocain, qui le prend sous son aile et peaufine ses capacitĂ©s Ă  la prĂ©sentation.

Depuis, tout marche comme sur des roulettes pour Patrick MĂ©rimĂ©. Il est sorti de la clandestinitĂ© en 2014 Ă  la faveur d’une vague de rĂ©gularisation exceptionnelle au Maroc. En ce moment, dans son nouvel emploi, il anime une chronique d’actualitĂ© dans le programme « Carrefour de l’info » prĂ©sentĂ© par  Malak Bennis.
Patrick MĂ©rimĂ© Kwibo est conscient d’avoir eu de la chance. Il comprend le rĂȘve europĂ©en de jeunes sub-sahariens et comprend ce que veut dire ĂȘtre clandestin dans un pays oĂč l’on retrouve encore des germes du racisme. Mais, pour lui, toute la magie rĂ©side dans le travail et dans la foi qu’on met dans ce qu’on fait. Aujourd’hui, il ne referait plus le voyage en voiture jusqu’à l’AlgĂ©rie comme il l’a fait il y a quelques annĂ©es et invite les jeunes qui rĂȘvent encore de l’eldorado europĂ©en Ă  apprendre et Ă  se concentrer sur ce qu’ils savent faire. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut