Politique › Institutionnel

Paul Biya en France: Quels enjeux pour les camerounais?

Que ce soit sur le plan économique ou sur le plan de la coopération politique, rien ne laisse envisager des actions spectaculaires à l’occasion de cette visite de travail

Evoquant la visite de travail du chef de l’Etat Paul Biya en France, les médias officiels au Cameroun parlent déjà d’un grand moment de la diplomatie Camerounaise. « A l’invitation de son homologue François Hollande, le Président de la République effectuera une visite de travail à Paris, en France », peut-on entendre ou lire dans les médias à capitaux publics et proches du pouvoir. L’ensemble des interventions semblent vouloir marquer d’une pierre blanche une situation qui est tout à fait normale. Au niveau de Paris, ce sont les préparations de grands jours tant au sein de l’ambassade du Cameroun en France, que de la branche locale du parti au pouvoir (RDPC). En face de nombreuses organisations qui tiennent à rappeler au président français son engagement pris de couper les liens avec des régimes en délicatesse avec la démocratie telle que perçue par l’occident. La question aujourd’hui est de savoir quelle visite pour quels enjeux ? Une analyse du déplacement présidentiel sur Paris du 28 janvier au 02 février 2013 prochain, peut aider à comprendre mieux la situation. Déjà ce ne sera pas la visite la plus prestigieuse du président Biya en France, lui qui a été reçu en visite officielle en juillet 2006 et 2010 et comme invité d’un important sommet de chef d’Etats africains à Nice en mai 2010. Sa visite étant liée à un forum économique entre la France et le Cameroun, la rencontre avec Monsieur Hollande sera une formalité des usages diplomatiques. Sur la qualité des sujets qui alimenteront l’entretien il reste difficile d’apprécier, mais déjà l’ambassadeur de France au Cameroun reçu à Etoudi (siège de la Présidence de la République du Cameroun) en a présenté les grandes lignes. « Selon le diplomate français, au cours de cette deuxième rencontre, après celle de Kinshasa, seront également évoqués les dossiers relatifs à l’affaire Michel Thierry Atangana et la légalisation de l’homosexualité au Cameroun », peut-on lire sur le site de la présidence camerounaise.

Difficile d’inverser la tendance d’une relation économique inégale
Au plan économique, la visite du président Biya sera marquée par la tenue d’un forum économique France/Cameroun. Réunion sous le sceau de la projection d’un partenariat économique durable entre les deux parties. De ce côté-là aussi, difficile d’en sortir avec des résultats extraordinaires pour les populations du Cameroun. Les chiffres des relations commerciales entre le Cameroun et la France sont clairs. En 2012, il a établi un déficit pour le Cameroun de près de 400 milliards de FCFA. L’essentiel des importations de la France au Cameroun a porté sur des produits sortis des entreprises françaises ayant investi au Cameroun, donc avec un apport en devises trop faible et une proportion de rente encore importante. De plus, à lui tout seul, le déficit commercial de 2012 entre les deux pays qui équivaut au ¾ de l’aide obtenu par le Contrat de Désendettement et Développement (C2D) qui sur une période de 10 ans (2006-2016), n’aura pas dépassé les 600 milliards de FCFA et encore avec une prééminence de contrats accordés aux entreprises françaises. On ne devrait donc pas s’attendre à la signature de contrat particulier pour les entrepreneurs camerounais qui seront du voyage présidentiel. Certains appartiennent au GICAM, le groupement international le plus ancien au Cameroun, avec une majorité d’entreprises totalement ou partiellement détenues par des capitaux en provenance de la France. A côté on pourrait avoir ECAM constitué en majorité d’entreprises aux capacités insuffisantes pour nouer des partenariats d’envergure avec des grands groupes français. Le président Biya et des membres de son gouvernement devraient aussi profiter de la circonstance pour vanter la route vers l’émergence en 2035 et les grandes réalisations récemment lancées à cet effet. Mais il faudra au-delà des slogans souvent donnés dans les discours aux Camerounais, avancer des perspectives chiffrées avec des retours sur investissement bien définis. Il faut aussi noter que cette rencontre avec la classe des affaires françaises se déroule dans un contexte où l’exécutif de ce pays s’est clairement déclaré contre les passes droits qui ont favorisé les corruptions et tué la démocratie durant la grande époque de la françafrique. Reste à présent à apprécier le rapport coût bénéfice de la visite de Paul Biya en France.

Paul Biya, président du Cameroun, rencontrera à nouveau le président français François Hollande
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut