Personnalités › Success Story

Paul Pondi: Dernier hommage rendu à l’homme d’Etat

Il a été inhumé samedi 14 septembre 2013 en présence du délégué à la sûreté nationale qui représentait le président de la République

Paul Pondi, l’homme d’Etat avec son actif plusieurs décennies de carrière, et qui a été inhumé dans son village de Ngock Ma Pubi, a eu droit un hommage digne de son rang, réunissant lors de la levée de corps, le président de la République lui-même et son épouse, une chose rarement observée chez Paul Biya. «Avec sa disparition, notre pays perd un témoin privilégié de son histoire. Un pionnier de l’administration et un patriote engagé», écrit le chef de l’Etat dans une note qui sera lue par Aboubakar Iyawa le préfet de sa localité d’origine. Certains témoignages ont mis en évidence l’homme généreux qu’était Pondi Paul. «Ne voulant plus voir de vieilles maisons en matériaux locaux dans le village, il a offert des tôles à tous les habitants et construit des temples. Nous avons perdu un grand homme.» déclarera le représentant des communautés. Son fils Jean Emmanuel Pondi prendra la parole, pour partager avec l’assistance la douleur de voir partir son père, il a souhaité qu’on retienne de ce dernier qu’il était un homme de principes. Et que servir son pays pendant 47 années aura été pour lui, un privilège, non une corvée. C’est le 31 août dernier qu’on apprenait la nouvelle du décès du tout premier délégué général à la Sûreté nationale du Cameroun, Paul Pondi. Avant de devenir le tout premier commissaire divisionnaire du Cameroun, Paul Pondi a commencé sa vie professionnelle comme patron des Finances dans le Moungo, le Nkam, le Noun et la Menoua.

Né le 10 février 1928 à Ngag Bassong dans la grande Sanaga Maritime, après son passage dans les Finances, on le retrouve désormais dans la tenue de flic et plus tard, il devient le tout premier patron de la police du Cameroun indépendant. Il est celui qui portera les étoiles dorées de premier commissaire divisionnaire du Cameroun. On retient de son passage sa contribution à l’unification des polices du Cameroun occidental et oriental ainsi qu’à la création de l’Ecole nationale supérieure de police et du CIAP de Muntengene. En 1972, Paul Pondi est déchargé de ses fonctions de Délégué général à la Sûreté nationale. La même année, il est nommé au poste d’Ambassadeur du Cameroun au Zaïre. Il y passe 5 ans. En 1977, il est fait Ambassadeur du Cameroun en Angleterre; même si c’est le 28 février 1978 qu’il présente ses lettres de créances aux autorités de son nouveau pays d’accueil. Un pays qu’il quitte en octobre 1981 pour les Etats Unis d’Amérique. Tout juste un an après sa prise de fonction au pays de Ronald Reagan, Paul Pondi apprend la démission du président Ahidjo. Mais le départ du président n’aura aucune conséquence sur sa carrière de diplomate puisqu’il est maintenu à son poste et dans le même pays pendant une décennie. Une longévité record qui lui a valu en janvier 1993, la médaille de «Dean of diplomatic corps» (Doyen du corps diplomatique). En 1993, le diplomate rentre au Cameroun. De 2000 à 2010, Paul Pondi a été président du Conseil d’administration de l’Autorité aéronautique du Cameroun. Le père du Pr Jean-Emmanuel Pondi s’en est allé après avoir rendu des loyaux services au Cameroun, pays qui l’a vu naître.

Paul Pondi, 1928-2013
journalducameroun.com )/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut