Culture › Mode

Peinture: Barthélémy Toguo présente le jugement dernier au Congo.

L’artiste camerounais est en exposition au centre culturel français de Pointe-Noire

Le jugement dernier selon Barthélémy
Comptant parmi les rares artistes africains « reconnus » par le marché mondial de l’art, Barthélémy Toguo expose depuis ce jeudi 11 novembre dernier et cela jusqu’au 11 décembre au centre culturel français de Pointe noire, la capitale économique du Congo Brazzaville. L’exposition s’intitule « le jugement dernier ». Avec cette exposition l’artiste revisite un des thèmes majeurs de l’histoire de l’art depuis le Moyen Âge, avec comme point de départ un extrait de l’Apocalypse de Jean, auteur de textes biblique. Après Baptism, Purification, Dream Catchers, Barthélémy Toguo reste dans le domaine du religieux et du mystique qui semble être devenu un de ses crédos depuis plusieurs années. Sa version de ce moment important, qui diffère quand même de celle que l’on trouve dans les écritures saintes, est symbolisée par cinq éléments: le lit, le cercueil, le charbon, le feu et le trône, qui rassemblés forment le parcours de l’être humain de la naissance à la mort. Expliquant son exposition lors de la cérémonie de vernissage, l’artiste a fait comprendre le sens des différents objets mis en évidence. Le lit pour lui est un élément important de son travail. Vient ensuite le cercueil qui représente, comme nous le savons tous, la mort. Conclusion de la vie. A ce niveau, commence, enfin, la vie après l’existence terrestre et l’attente du jugement avec le retour du Christ. Pour Barthélémy Toguo, le cercueil placé sur un bûcher représente le feu qui consumera les pêcheurs, le charbon, combustible. Le trône, quant à lui, est la place du Christ, donc Dieu, qui fera office de juge en égrenant les pêchés de chaque être humain. Chacun de nous devra y passer.

Un artiste multidimensionnel
Barthélémy Toguo est né en 1967 à M’Mbalmayo au Cameroun. Après des études d’art à Abidjan, Grenoble et Düsseldorf, il développe très vite une uvre énergique et protéiforme, utilisant comme autant de modes d’être des médiums tels qu’aquarelle, dessin, sculpture, photo, vidéo, céramique, installation et performance. Ce large spectre lui permet d’explorer les multiples facettes du monde actuel, des problématiques sociétales et écologiques jusqu’à l’intimité des corps. Empruntant au registre théâtral, chacune de ses expositions fonctionne comme une mise en scène (chambre d’écho / cerveau) où se superposent techniques et thèmes récurrents comme l’exil, l’identité, l’immigration, la sexualité et les rêves. Plusieurs critiques artistiques affirment aujourd’hui qu’il y a du guerrier et du shaman chez Toguo. Alors que ses performances et installations (Transits) dénoncent l’absurdité de nos sociétés contaminées par la peur et le refus de l’étranger, ses séries d’aquarelles raffinées dévoilent des cérémonies quasi-mystiques de corps en proie au désir ou à la souffrance (Baptism / Purification / Dream Catchers). A la fois violente et délicate, cosmogonique et politique, l’ uvre de Toguo traverse les frontières géographiques et mentales, mixant points de vue, cultures et matériaux pour proposer une synthèse efficace entre romantisme, primitivisme, symbolisme et activisme. Au Cameroun, Barthélémy Toguo a fondé la Bandjoun Station, un centre de résidence d’artistes et d’expositions mais aussi projet agricole avec les communautés locales. L’artiste sera présent au cameroun en 2011. Il exposera ses uvres de mars à avril au centre culturel français de Douala.

Barthélémy Toguo
tv5.org)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut