› Non classé

Peinture : L'âme de la femme illumine la vie

Une exposition est en cours au centre culturel le Kaba Nkondo de Yaoundé.

« Ames de femmes » ! Le peintre Pierre Cheuping Njoya a décidé d’emprunter le chemin de l’abstraction et principalement l’intérieur de la femme pour produire une exposition qu’il fait, depuis près d’un mois au centre culturel Le Kaba Ngondo de Yaoundé. Pour inaugurer sa cinquième année d’expérience et sa troisième exposition individuelle, il a choisi d’explorer les paroles, la gestuelle et la pensée de  » la mère de l’humanité  » en la matérialisant sur une cinquantaine de tableaux subdivisés en trois périodes, qu’il appelles encore questions ou sous-thèmes de l’exposition. Les couleurs qui accompagnent chaque période sont pleines de signification.

Ainsi, la première, « la nature de la femme « , est de couleur rouge. Elle est composée de 15 tableaux et représente cette femme qui saigne et donne la vie. La deuxième, « ses rapports avec l’homme « , est de couleur jaune. Elle renvoie au soleil, à la joie,  » même si ses rapports avec l’homme peuvent être conflictuels. Elle est le mal nécessaire  » , constate le peintre. Le troisième sous-thème,  » son rôle dans la société « , est teinté de couleur bleu. Ce bleu de la mer et du ciel, deux entités qui représentent l’immensité, selon le peintre, pour qui cette couleur renvoie aussi à l’élévation spirituelle de l’humanité dont la femme peut être capable. Il en profite pour faire une incursion en littérature pour dédier à la femme un poème intitulé « L’âme de la femme « . Cette femme qu’il compare à la pluie. Dans l’une des strophes, il démontre comment la femme est la mère de l’humanité en décrivant, avec des mots décents, des actes intimes.

D’ailleurs, Pierre Cheuping Njoya fait une exception en faisant un clin d’ il aux hommes à travers cinq tableaux en fond marron. « L’on ne peut pas parler de femmes sans faire allusion aux hommes « , se défend-il, tout en relevant, qu’à la fin, il s’agit de parler de l’homme avec H. Tout comme il fait une autre exception en présentant un tableau où la femme est visiblement identifiable. Une sorte de portrait, alors qu’il parle d’abstraction.  » Ce sont des femmes craquées où j’exprime le réalisme, afin de mieux présenter l’expression du regard « , explique Pierre Cheuping Njoya.
Le jeune peintre a mis deux mois pour créer les cinquante tableaux sur la toile, avec de  » l’acrylique sur craquelisme ». Une technique artistique qui consiste à utiliser la boue traitée raffinée séchée au soleil. La particularité de cette exposition réside également sur la présence des ampoules éteintes sur chaque tableau. « Ce sont des ampoules qui ne s’allument pas. Elles sont à l’image de la femme qui est une lumière inilluminée. Elle apporte du charme à la vie, en même temps qu’elle est capable de plusieurs dérapages », explique Pierre Cheuping Njoya, qui doit en principe décrocher ses tableaux aujourd’hui en direction de Douala.


Quotidienmutations.info)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut