› Eco et Business

Perturbations de l’internet au Cameroun, les causes identifiées

L’accès au réseau internet a été rendu difficile depuis lundi en raison d’une rupture de la fibre optique

Un éboulement de terrain à l’origine
Lundi à 13 heures, les nombreux utilisateurs d’internet principalement de la ville de Yaoundé ont ressenti presque tous au même moment les difficultés à accéder au réseau internet. Les perturbations ont concerné les régions du Centre, du Sud, de l’Est et les trois régions septentrionales, précisément ceux des utilisateurs servis par le fournisseur principal qui est CAMTEL. Selon un communiqué rendu public par cette entreprise, la disparition de la connexion a été constatée par ses services techniques lundi vers 13h. Selon un communiqué de COTCO rendu public mercredi 14 octobre, c’est l’éboulement d’une colline située non loin de l’emprise foncière du pipeline Tchad/Cameroun au lieu dit Mbikiliki qui est la cause de cet incident.

Une situation récurrente
Des perturbations analogues étaient survenues au mois de mais dernier. Les responsables de la CAMTEL avaient justifié cette situation par d’importants travaux sur son réseau dans le but d’augmenter sa capacité de production. De nombreux experts avaient attribué cette déconnexion à un incident survenu sur un terminal de la fibre optique à Bonaberi, causé au cours de la réalisation des travaux par une entreprise de la place. En novembre 2007 aussi, une défaillance technique du câble sous marin Sat3 survenue au point d’atterrissage de la fibre optique en haute mer à une quarantaine de kilomètres de Douala avait privé le Cameroun sept jours durant d’Internet.

L’incapacité de CAMTEL indexée
De nombreux experts attribuent ces désagréments à la qualité des installations et surtout à une défaillance de sécurisation de cette infrastructure sensible. Selon certains observateurs proches du secteur des télécommunications, cet équipement est enfoui à certains endroits à moins de 35cm du sol, là où la norme veut qu’elle le soit à plus d’un mètre. Certains sont unanimes à dire que CAMTEL ne s’est pas entouré de techniciens totalement compétents pour assurer cette fonction de maintenance. Une affirmation que l’entreprise ne dément pas dans les faits. À chaque situation critique, la société annonce l’arrivée d’une équipe d’experts. Preuve pour certains qu’elle ne possède pas les moyens financiers, techniques et même humains pour gérer cet équipement en situation de quasi monopole. Un équipement que le gouvernement camerounais qui a héritée de la Cameroon oïl transportation company (Cotco).

Libéraliser la gestion de la fibre optique
Au mois de juillet 2009, une controverse opposait CAMTEL à l’opérateur de téléphonie MTN au sujet du déploiement de la fibre optique. L’entreprise sud africaine partenaire avec la Banque Africaine de Développement d’un réseau de fibre optique autour de l’Afrique, avait entrepris des travaux de pose de celle si dans la ville de Douala. Une démarche dénoncée par CAMTEL qui invoquait une violation de la réglementation en vigueur sur les télécommunications et un défaut d’accord préalable de l’Agence de régulation du secteur des télécommunications (Art) et l’Etat du Cameroun. MTN Cameroon avait pourtant expliqué sa démarche par sa volonté d’améliorer la qualité de son réseau parfois victime des dysfonctionnements qui pénalisent les consommateurs. En dehors des excuses, les acteurs du secteur internet n’ont reçu aucun dédommagement. Les cybercafés des villes de Yaoundé et de ses environs n’ont pratiquement pas fonctionné depuis le 12 octobre, les opérations dans les messageries financières étaient quasi impossibles. Dans les entreprises de presse, la mise en ligne des informations a été très perturbée. Chez Ringo les responsables ont décidé d’ouvrir la connexion à ses usager hors tarification, pour éviter des situations d’épuisement de crédit de connexion inutile.


adgoog.com)/n
À LA UNE
Retour en haut