Sport â€ș Football

Pierre Semengue: « Il faut organiser le football jeune »

Pierre Semengue, président de la Ligue de football professionnel du Cameroun. ©Droits réservés

Reçu par le ComitĂ© de normalisation dans le cadre des auditions pour l’amĂ©lioration du  football camerounais, le prĂ©sident de la Ligue de football professionnel du Cameroun revient sur quelques-unes de ses idĂ©es partagĂ©es avec l’organe.

Qu’est-ce qui ressort de votre entretien avec le ComitĂ© de normalisation, qui vous a reçu dans le cadre des auditions pour l’amĂ©lioration du football camerounais?

J’ambitionne que le Cameroun retrouve sa premiĂšre place en Afrique et, Ă©galement, qu’il soit dans le top cinq mondial, parce nous en avons les capacitĂ©s. Nous pensons qu’il faut revoir certaines dispositions des lois qui rĂ©gissent les activitĂ©s sportives, par exemple, les dispositions qui concernent les clubs professionnels et qui voudraient que la ligue professionnelle n’ait, en son sein, que les prĂ©sidents de clubs. Ce n’est pas juste. Il faudrait Ă©largir aux autres corps de mĂ©tier, au patronat camerounais. MĂȘme si les clubs sont majoritaires, il faut une reprĂ©sentation de tous les autres partenaires.

L’on Ă©voque surtout les statuts Ă  corriger
.

Nous pensons aussi que la Fecafoot  doit faire un statut type qui permette que des entitĂ©s telles que les ligues rĂ©gionales, ligues dĂ©partementales viennent s’accrocher dessus. Sur les Ă©lections, il faut d’abord adopter les textes. Nous sommes d’accord pour que l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de 2009 adopte les textes. AprĂšs cette Ă©tape d’adoption des textes, un problĂšme sĂ©rieux va se poser, celui du collĂšge Ă©lectoral. Il y a des clubs dans ce collĂšge qui ont Ă©tĂ© dĂ©clarĂ©s fictifs, il y a des clubs Ă  qui on a empĂȘchĂ© de se produire. Donc il faut refaire le collĂšge Ă©lectoral qui part de 2009 jusqu’Ă  2017, en enlevant les clubs fictifs, ceux qui ne jouent plus mais en y ajoutant les clubs qui ont Ă©tĂ© empĂȘchĂ©s de travailler. Il faudra Ă©galement dĂ©finir une reprĂ©sentativitĂ© proportionnelle Ă  l’activitĂ© qui est sur le terrain. Par exemple, si un dĂ©partement compte six clubs, ledit dĂ©partement a droit Ă  un reprĂ©sentant. Au niveau rĂ©gional, si une rĂ©gion a trente clubs, elle a droit Ă  cinq reprĂ©sentants. Ceci pourra ĂȘtre fait proportionnellement au nombre de membres de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale que prescrit la Fifa.

Le Cameroun peut-il de nouveau figurer dans le top cinq mondial comme ce fut le cas au lendemain de la Coupe monde 1990. Si oui, comment?

Pour prĂ©tendre dominer le football africain et faire partie du top cinq du football mondial, nous pensons qu’il faut organiser le football jeune. Il faut restructurer ce football afin de mettre sur pied de bonnes sĂ©lections nationales des minimes aux seniors dans les deux genres. Chez les minimes, par exemple, il faut crĂ©er des compĂ©titions au niveau des quartiers dans les centres urbains et au niveau des villages dans l’arriĂšre-pays. Il faut organiser des compĂ©titions pour les minimes, cadets, juniors, seniors au niveau des quartiers, des arrondissements, des dĂ©partements, des rĂ©gions et au niveau national. A travers la Direction technique nationale, l’AcadĂ©mie nationale de football et l’Institut national de la jeunesse et des sports, former et perfectionner des encadreurs. Nous avons dĂ©cidĂ©, par exemple, Ă  notre niveau, Ă  travers la dĂ©claration rĂ©visĂ©e de Douala,  que les encadreurs des clubs professionnels disposent de la Licence A FĂ©dĂ©rale. Les arbitres ne seront pas en reste. Il faut hiĂ©rarchiser le corps. Un jeune arbitre commencerait par l’arrondissement pour finir Ă  l’international, en passant par toutes les Ă©tapes. La Direction technique nationale devrait, par exemple, avoir des dĂ©membrements jusqu’aux arrondissements, pour pouvoir proposer les encadreurs des Ă©quipes nationales.


AprÚs toutes ces bonnes idées, il restera le volet financier de notre football


Sur le financement, la ligue a connu un bon nombre d’avancĂ©es qui doivent ĂȘtre concrĂ©tisĂ©es Ă  l’instar de la dĂ©fiscalisation des dons Ă  hauteur de 5% du chiffre d’affaires, la gratuitĂ© de  la taxe fonciĂšre sur les infrastructures sportives, son Ă©ligibilitĂ© au contrat de partenariat publique privĂ©. La ligue est en train d’opĂ©rationnaliser ces dispositions. Quand on a les moyens financiers, on peut non seulement financer les compĂ©titions du bas de la pyramide jusqu’au sommet mais Ă©galement s’occuper des assurances des joueurs. La ligue a prĂ©vu de construire un hĂŽpital de rĂ©fĂ©rence en matiĂšre de santĂ© sportive et de d’impulser au niveau rĂ©gional la crĂ©ation dans les hĂŽpitaux d’un service de mĂ©decine sportive.

Il demeurera toujours l’épineux problĂšme d’infrastructure de proximité 

Sur les infrastructures, l’Etat ne pouvant tout faire, il faudrait que la Fecafoot, les ligues, les collectivitĂ©s territoriales dĂ©centralisĂ©es s’impliquent dans ce vaste chantier. Pour que nous puissions atteindre nos objectifs, nous devons rĂ©unir tous ces critĂšres. Le Mali a remportĂ© rĂ©cemment la Coupe du Monde des U-17, ce qui veut dire que dans cinq ou dix ans, cette Ă©quipe peut gagner la Coupe du Monde.

Pesez-vous suffisamment de votre poids pour influencer le patronat, les collectivitĂ©s territoriales pour qu’ils s’associent Ă  ce projet?

Nous avons rencontrĂ© les diffĂ©rents partenaires dont nous avons besoin pour la rĂ©alisation de notre projet. Ils acceptent de nous accompagner, mais le problĂšme qui se pose, selon, eux est qu’ils sont asphyxiĂ©s par le ministre des Finances qui fait un prĂ©lĂšvement de 2,2% avant impĂŽts sur le chiffre d’affaires. Quand les impĂŽts arrivent, ils ne sont pas remboursĂ©s. Aussi, ils reçoivent tardivement les remboursements sur la TVA. C’est la raison pour laquelle j’ai conçu le projet de dĂ©cret qui rend obligatoire la dĂ©fiscalisation de 1% du chiffre d’affaires mais Ă  prĂ©lever sur les 2,2%. Si nous arrivons Ă  obtenir cela, nous ferons un bond en avant en ce qui concerne les infrastructures de mĂ©decine sportive et des centres techniques.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut