Santé › Actualité

Une Camerounaise acceptée à l’Académie française de pharmacie

Le Dr Catherine Véronique Bilong. © Droits réservés

Le Dr Catherine Véronique Bilong sera installée le 20 décembre 2017 comme correspondant étranger de ladite organisation. Elle est le premier chercheur camerounais et d’Afrique centrale à intégrer cette association.

Mme Catherine Véronique Bilong, 57 ans, a le sourire franc. Sa simplicité est frappante, surtout pour une personne de sa stature intellectuelle. Elle est titulaire d’un doctorat en pharmacie, spécialité biologie médicale, obtenu en 1985 à l’université de Montpellier I (France). A côté de cela, la scientifique camerounaise a suivi diverses études spécialisées en biologie. Un domaine sur lequel est centré son travail au Centre pasteur du Cameroun, où elle exerce en qualité de chef de service biochimie, ainsi que ses diverses contributions au secteur de la santé dans son pays, notamment, au sein de la Société camerounaise de biologie clinique, du Comité national de la transfusion sanguine, et du groupe d’études sur la drépanocytose au Cameroun.

Le travail continue pour le Dr Catherine VĂ©ronique Bilong. Elle vient d’être Ă©lue correspondant Ă©tranger de l’AcadĂ©mie nationale de pharmacie de France (association regroupant des experts qui font avancer la connaissance dans leur domaine d’activitĂ© par leurs travaux et rĂ©flexion). En cette qualitĂ©, elle devra fournir son expertise pour toutes les questions relatives Ă  l’anĂ©mie et au diabète, des thĂ©matiques de recherches qu’elle a choisies. Objectif : conseiller les gouvernements, chaque fois qu’elle sera consultĂ©e, en matière de santĂ©.

Pour elle, son entrée au sein cette académie a une autre visée : « Faire connaître la biologie que nous pratiquons au Cameroun, parce qu’en général, à l’extérieur, on a souvent l’impression que nous faisons une biologie minimaliste. Actuellement, quand je vais l’extérieur, je vois quand même que les plateaux techniques au Cameroun sont aussi au point que dans les pays développés. Il faut savoir que tout comme le médicament rencontre des problèmes de contrebande ou de marché parallèle, il en est ainsi de la biologie. C’était donc un challenge pour moi. Peut-être que les gens verront que pour avoir quelque chose de qualité, il faudrait vraiment que les personnes qui travaillent là-dedans soient des gens de métier».

Postuler dans le doute


HabitĂ©e par le dĂ©sir de faire entendre la voix du Cameroun, Catherine VĂ©ronique Bilong dĂ©cide de postuler. «Je me dis que c’est quand mĂŞme une institution française, est-ce que cette institution va prendre en compte l’Afrique? Je dis, on ne sait jamais», explique-t-elle. Sa candidature est dĂ©posĂ©e au dĂ©but de l’annĂ©e 2017. Le 29 mars, elle est acceptĂ©e par les spĂ©cialistes de la biologie mĂ©dicale, membres de l’acadĂ©mie. Ensuite, vient l’Ă©tape des votes de la Commission des affaires europĂ©ennes et internationales (03 mai) et enfin celle des votes du Conseil d’administration de l’AcadĂ©mie (21 juin).

Le 04 octobre dernier, Ă  l’occasion de l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de l’AcadĂ©mie nationale de pharmacie de France, le Dr Catherine VĂ©ronique Bilong est Ă©lue Ă  l’unanimitĂ© par les 22 personnalitĂ©s siĂ©geant dans cette instance. Elle sera installĂ©e en France le 20 dĂ©cembre 2017 par le prĂ©sident de l’AcadĂ©mie, Claude Vigneron.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut