International › APA

Politique, agriculture et Ă©ducation au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi s’intĂ©ressent Ă  une panoplie de sujets notamment la situation du système Ă©ducatif et le paysage politique national, l’agriculture, et les Marocains du monde.+Assabah+ indique que l’enseignement au Maroc « a besoin d’une grande commotion » au niveau des valeurs et de la moralisation de la vie scolaire, non seulement pour les Ă©lèves mais Ă©galement pour les professeurs, dont une partie est devenue un obstacle structurel devant la rĂ©forme du système Ă©ducatif.

Aucune rĂ©forme, quelle que soit la prĂ©cision de ses objectifs et de ses orientations, ne pourrait ĂŞtre rĂ©alisĂ©e avec des professeurs « qui limitent leur existence fonctionnelle dans l’adhĂ©sion aux syndicats, aux associations et aux coordinations corporatistes pour faire pression sur le gouvernement par les revendications et l’Ă©puiser par des grèves et des sit-in de protestation », estime la publication.

Le nouveau ministre en charge du secteur doit « rendre la discipline Ă©ducative » dans les Ă©tablissements scolaires, « imposer le retour des professeurs Ă  leurs classes » et assurer une bonne gestion du temps scolaire afin que l’Ă©cole publique puisse rĂ©aliser les objectifs fixĂ©s dans la vision stratĂ©gique Ă©tablie suite Ă  un accord entre les diffĂ©rents acteurs politiques reprĂ©sentĂ©s dans le Conseil supĂ©rieur de l’enseignement, souligne-t-il.

+Al Ittihad Al Ichtiraki+ revient sur la valeur de l’USFP au sein du champ politique national. Le journal affirme que le parti de la Rose est aujourd’hui au centre du dĂ©bat politique institutionnel, gouvernemental et parlementaire.

Le paysage politique n’est pas un simple schĂ©ma qu’on peut prĂ©senter de manière caricaturale, mais il est une rĂ©alitĂ© complexe imposĂ©e par des modes de scrutin et des types de comportements politiques avant et après les Ă©lections, estime-t-il, appelant Ă  le traiter « de façon sĂ©rieuse », en prenant soin de ne pas tomber dans « la sous-estimation, qui touche actuellement tous les champs de la pratique institutionnelle ».

+Challenge+ revient sur l’agriculture, estimant que la restructuration du secteur Ă  travers des politiques publiques « est la meilleure façon de servir la croissance et la transformation du monde rural ».

« L’Ă©quation la plus importante est celle qui permet d’inscrire le dĂ©veloppement de l’agriculture dans une logique de durabilitĂ©. Celle-ci a pour vecteur principal la protection de l’environnement en gĂ©nĂ©ral et la prĂ©servation de l’eau en particulier, pour ne pas compromettre l’atteinte de l’objectif stratĂ©gique, Ă  savoir la sĂ©curitĂ© alimentaire », note l’hebdomadaire, soulignant la nĂ©cessitĂ© pour le Maroc de « pĂ©renniser les acquis » du Plan Maroc Vert et travailler pour une nouvelle gĂ©nĂ©ration de projets agricoles.

+Le Temps+ aborde les deux contrats-programmes pour le dĂ©veloppement de l’agro-industrie et de l’agriculture alimentaire signĂ©s en marge de la 9 ème Ă©dition des Assises nationales de l’agriculture.


Ces deux contrats-programmes ciblent le dĂ©veloppement des industries agroalimentaires au Maroc, y compris au plan local, et visent Ă  booster le secteur de l’agro-industrie tout en accĂ©lĂ©rant le processus d’intĂ©gration entre l’amont, (production) et l’aval (transformation) sur l’ensemble des filières, relève-t-il.

L’idĂ©e centrale est de faire Ă©merger un grand Ă©cosystème agricole et agro-industriel rigoureusement structurĂ© sur le plan de la compĂ©titivitĂ©, l’Etat jouant son rĂ´le rĂ©galien en tant que rĂ©gulateur et investisseur, et le secteur privĂ© assurant l’oxygène du financement et de l’animation, explique-t-il.

+La Vie Eco+ s’intĂ©resse aux Marocains du monde, soulignant que depuis des dĂ©cennies, le Maroc a saisi le caractère stratĂ©gique de garder des liens solides avec ses ressortissants dans le monde et encore plus ceux d’Europe, de France et d’Espagne notamment.

Le Maroc « est aujourd’hui dans l’obligation de venir en aide Ă  ces Marocains, de les soutenir, de leur montrer, si besoin est, qu’ils auront toujours une terre d’accueil, un pays oĂą ils ne se sentiront ni comme des pestifĂ©rĂ©s ni comme des citoyens de deuxième ou troisième zone », relève-t-il.

+Le Reporter+ commente le traitement par la presse algĂ©rienne des nouvelles du Maroc, dĂ©nonçant « le parti-pris des journaleux d’Alger ».

« Alors que le Maroc n’a jamais Ă©tĂ© aussi entourĂ© de partenaires sur le plan diplomatique, les journaleux d’Alger rĂ©pètent Ă  tout bout de champ que Rabat est au niveau international…totalement isolĂ©! De mĂŞme, alors que l’Ă©conomie marocaine n’a jamais connu de chantiers aussi dynamiques, malgrĂ© le dĂ©ficit pluviomĂ©trique de l’an dernier qui a plombĂ© le PIB agricole, les journaleux d’Ă  cĂ´tĂ© se rĂ©pandent en commentaires sur une prĂ©tendue faillite Ă©conomique marocaine », Ă©crit-t-il.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut