› International

Politique américaine: Barack Obama rencontre la jeunesse africaine

La délégation camerounaise sera conduite par Abdoulaye Abdourahzak, le président du conseil national de la jeunesse

Le cameroun représenté par le conseil national de la jeunesse
Près de 120 jeunes leaders africains de la société civile ou du milieu des affaires, en provenance de 40 pays d’Afrique se retrouveront du 3 au 5 août prochain à Washington, la capitale américaine, pour un forum de discussion sur l’avenir de l’Afrique. Une délégation camerounaise sera présente à cet évènement. Elle sera conduite par le président du conseil national de la jeunesse, Abdoulaye Abdourahzak. Selon le communiqué de la présidence américaine, trois raisons au moins justifient cette initiative: Rendre hommage au 17 Etats africains qui viennent de célébrer leurs indépendances dont le Cameroun, se conformer à la réalité démographique du continent africain en majorité peuplé de jeunes, et surtout poser les bases de futures relations avec les potentiels dirigeant africains de demain. Durant trois jours, américains et africains échangeront ensemble et travailleront à l’élaboration de nouvelles solutions pour faire face aux défis majeurs du continent, créer des stratégies en vue de faciliter la saisie par les jeunes des opportunités dans la gouvernance, l’économie et le renforcement de leurs capacités. Ce forum rentre en droite ligne avec la promesse faite par le président américain à la jeunesse africaine, lors de sa visite historique en juillet 2009 au Ghana.

Nous devons partir du principe que l’avenir de l’Afrique dépend des africains. Avec des institutions et une volonté forte, je suis convaincu que les africains(.) verront leurs rêves devenir réalités.
Barack Obama, Président des Etats-unis lors de son discours à Accra

L’administration américaine croit aux énormes potentialités de l’Afrique. Le président Obama assisté par ses meilleurs conseillers et les ambassadeurs présents sur le continent africain, sont déterminés selon des experts, à travailler à l’amélioration des conditions de vie des africains, donc de sa jeunesse qui occupe près 70% de la population active sur le continent, mais sont très souvent pauvres. Les visites de haut niveau de certains responsables de l’administration américaine certifient cet état des choses. Depuis le passage au Ghana de Barack Obama au Ghana il y a juste un an, le vice-président Joe Biden dont on connait la longue expérience dans les affaires étrangères a effectué lui aussi une visite de près d’une semaine en Afrique du sud et avant cela au Kenya. Au mois d’Août 2009, c’était au tour d’Hilary Clinton, la secrétaire d’Etat aux affaires étrangères américaines qui a visité 7 pays sur le continent.

Le pari sur le futur de Barack Obama
Le programme de la rencontre sera concentré sur les exposés lors des séances plénières, que les jeunes leaders africains effectueront sur les expériences quotidiennes et l’appercu en interne, dans les domaines tels que la transparence et la responsabilisation dans la gestion des affaires, la situation des emplois, la protection des droits de l’homme, l’utilisation des nouvelles technologies dans les activités de tous les jours. Le président Obama devrait aussi discuter directement avec les jeunes africains, sur les perspectives de l’Afrique dans les 50 prochaines années. Les participants invités à cette rencontre vont aussi avoir des rencontres avec le corps de la paix américain (Peace Corps) et l’agence américaine pour le développement international (USAID), pour discuter avec les responsables de ces deux agences, du renforcement de la capacité des jeunes, à travers les initiatives collectives et l’engagement civique au service de leurs pays respectifs. Il est aussi prévu une rencontre avec d’autres américains travaillant aux Etats-Unis ou sur le continent africain.

L’ensemble de nos efforts doivent être perçus comme une tentative pour nous de comprendre comment les jeunes africains entrevoient leur futur, plutôt que d’aller leur indiquer ce que nous pensons être bien pour eux. Nous les avons invité ici pour qu’ils nous disent comment ils souhaiteraient que soient leur continent, sous-régions et pays, comme cela nous sauront mieux aborder la question du développement sur le continent. Les véritables leçons de cette rencontre seront celles données par les jeunes africains à l’administration américaine, qui elle aussi est dirigée par un jeune.
Bruce Wharton, service Afrique au département d’Etat américain

L’administration américaine voudrait au terme du forum, contribuer à la mise sur pied d’un réseau d’échange entre la jeunesse américaine et africaine, dans l’objectif que les deux ensembles établissent une plateforme qui soit profitable à la prospérité et la sécurité futures des deux communautés. Une manière pour l’administration américaine d’aider l’Afrique à se prendre en main en ayant les clés de son destin. Je ne vois pas les peuples et les pays africains comme un monde à part, j’envisage plutôt les rapports avec l’Afrique sur la forme du respect et de la responsabilité mutuelle avait déclaré Barack Obama au Ghana. Une approche de la politique africaine qui tranche nette avec celle de la France. alors que Nicolas Sarkozy recevant les chefs d’Etats africains pour la plupart déjà âgés prône la rupture avec le passé tout en maintenant une politique d’assistance au développement, Barack Obama lui, mise sur la jeunesse, la société civile et le secteur privé africains, et surtout pose les bases d’un rapprochement pour l’intérêt de tous.

Barack Obama nourrit un rêve pour les jeunes africains
AFP)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé