Dossiers › Focus

Portrait: Abdou Diouf, le visage de la Francophonie

Cette année, il brigue le 3e mandat au sein de l’organisation à la tête de laquelle il est depuis 2002

Sans prétention aucune, Abdou Diouf, est devenu ces dernières années le visage de l’organisation internationale de la francophonie, OIF. Normal, dira-t-on, par ce qu’il en est actuellement le secrétaire général. Mais il faut reconnaître que depuis la création de l’organisation, elle a connu un dynamisme à nul autre pareil depuis l’élection de l’ancien président du Sénégal au secrétariat général de l’OIF à l’occasion du sommet de Beyrouth en 2002.

Son parcours
Né le 07 septembre 1935 à Louga, Abdou Diouf effectue ses études primaires et secondaires à Saint Louis au Sénégal, et après l’obtention de son baccalauréat, il entre à l’université de Dakar, la capitale, et s’inscrit en faculté de droit. Quelques années plus tard, il quitte Dakar et met le cap sur Paris en France, où il obtient en 1960, son brevet à l’école nationale de la France d’Outre-mer, Enfom. Abdou Diouf va alors démarrer une riche carrière internationale à 25 ans seulement. Il occupe plusieurs postes: Directeur de la coopération technique internationale, secrétaire général du ministère de la Défense et de Gouverneur de la région du Sine-Saloum. En 1963, Abdou Diouf alors directeur de cabinet du président sénégalais de l’époque, Léopold Sédar Senghor, se voit nommé au poste de secrétaire général de la Présidence du Sénégal en 1964. De 1968 à 1970, il occupe les fonctions de ministre du Plan et de l’industrie, et est désigné ensuite Premier ministre du Sénégal. Il faudra attendre le 1er janvier 1981 pour que Abdou Diouf devienne le Président du Sénégal, suite à la démission de son prédécesseur Léopold Sédar Senghor. Poste qu’il occupe jusqu’au début du nouveau millénaire, puisqu’il est réélu lors des élections présidentielles de 1983, 1988 et 1993. A l’issue de la présidentielle de 2000, Abdou Diouf cède pacifiquement le pouvoir à Abdoulaye Wade, respectant ainsi la voix des urnes. Une transition démocratique qui fut d’ailleurs saluée par la communauté internationale.

Francophonie
Après une riche carrière politique, Abdou Diouf ne compte pas prendre sa retraite et quitter la scène. Au contraire, il rebondit en 2002, où il est élu Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie, OIF. Il succède ainsi à l’égyptien Boutros Boutros-Ghali. Sans surprise, Abdou Diouf est reconduit à son poste quatre ans plus tard à Bucarest. A chacun de ses mandats, le sénégalais a un calendrier très chargé, car, le Secrétaire général conduit les activités politiques et diplomatiques de la Francophonie au service de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme. En matière de coopération multilatérale, il veille à la conformité de la coopération avec les orientations du Sommet, à l’efficacité des programmes et à l’harmonisation des activités menées par l’Organisation internationale de la Francophonie et les opérateurs. Il s’est entretenu avec de nombreux Chefs d’Etat, pour parler de la situation politique de leur pays. Il a entre autre, conduit une mission d’observation électorale de l’OIF en Guinée, lors du premier tour de la présidentielle du 27 juin dernier, pour ne citer que ces exemples. Abdou Diouf, c’est également de nombreuses distinctions, attribués pour saluer ses uvres.

Abdou Diouf
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut