Personnalités › Success Story

Portrait: S.E Joseph Fofé quitte la scène

L’ancien ministre des sports et ambassadeur du Cameroun en RCA, sera inhumé samedi prochain à l’Ouest

Les autorités étatiques, les membres de la famille et amis, seront très nombreux à faire leurs adieux à Joseph Fofé, ambassadeur du Cameroun en République centrafricaine, décédé des suites de maladie à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine à Paris en France, dans la nuit du 1er au 02 octobre 2010. Selon les sources proches de la famille, il a finalement succombé à un cancer qui l’affaiblissait depuis de nombreuses années. Joseph Fofé fut un grand homme au vu de ses multiples fonctions occupées au sein du gouvernement camerounais. Né en 1934 à Dschang dans le département de la Menoua dans la région de l’ouest, Joseph Fofé effectue son cursus scolaire entre 1942 et 1949 à Dschang, sanctionné par l’obtention du certificat d’Etude primaire élémentaire, CEPE. De 1949 à 1956, il quitte l’ouest pour la capitale où il intègre le lycée général Leclerc de Yaoundé. Il y obtiendra son BEPC, avant de mettre le cap sur la France. Entre 1956 et 1958, Joseph Fofé poursuit ses études au sein de l’école nationale professionnelle Livet Nantes où il obtient un baccalauréat en sciences expérimentales au lycée Clemenceau de Nantes. L’année suivante, il s’inscrit en faculté des sciences, notamment en physique, chimie biologie. De 1959 à 1965, il poursuit ses études cette fois en faculté mixte de médecine et de pharmacie de Nantes, où il obtient un diplôme de Docteur d’Etat en chirurgie – dentaire, avant de retourner au Cameroun.

Une riche carrière
Au pays, il est alors nommé chirurgien dentiste à Nkongsamba dans le Moungo. La même période, il s’unit à Hélène Tchecoundo. De 1966 à 1968, ses compétences ne tardent pas à porter fruit et il est nommé chef du service dentaire à l’hôpital central de Nkongsamba. Il y passera à peine une année complète à ce poste, puisqu’il est appelé dans la capitale. M. Fofé se voit alors confié le poste de chef service de stomatologie à l’hôpital central de Yaoundé. De 1976 à 1983, il occupe les fonctions de chef service dentaire au ministère de la santé publique, en raison de son expérience doublée à son statut de professeur associé au C.U.S.S. Il est également membre titulaire de la recherche odonto-stomatologique des pays francophones dont le siège est à Rennes. Il est ensuite conseiller médical à l’hôpital central de Yaoundé entre 1983 et 1984, avant d’être nommé ministre du travail et de la prévoyance sociale. Parallèlement, il rejoint en politique, les membres du comité central du rassemblement démocratique du peuple camerounais, Rdpc, le parti au pouvoir. De 1986 à 1990, Joseph Fofé est nommé ministre de la jeunesse et des sports. Il conduira notamment, les lions indomptables à la coupe du monde 1990 en Italie. Le parcours du Cameroun à cette compétition demeure jusqu’aujourd’hui le meilleur, car les lions n’ont plus réussi à atteindre les 1/4 de finales du mondial depuis 90. Après ce poste, il connaîtra un long passage à vide. Il faudra attendre le mois de juin 2008 pour que le chef de l’Etat, Paul Biya, le rappelle en le nommant cette fois, ambassadeur du Cameroun en RCA. Il ne passera que presque deux ans à ce poste, avant d’être emporté par la maladie. Joseph Fofé décède à l’âge de 78 ans, et laisse une veuve et plusieurs enfants, dont Lionel Fofé, homme d’affaire et entre autre, Président Directeur Général de radio Nostalgie Cameroun.

Joseph Fofe
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut