Sport › Football

Portugal-Cameroun (5-1) : Volker Finke est-il à la hauteur ?

Le coach du Cameroun a manqué d’intelligence tactique et son équipe a été très affectée mentalement après le deuxième but. Revue du jeu et des joueurs de cette première rencontre amicale

Charles Itandje
Sur la frappe de Cristiano Ronaldo qui a conduit à l’ouverture du score, il ne pouvait faire grand-chose. Dès l’entame du match, il a repoussé une chaude alerte portugaise. Il a cédé sa place pendant la pause, après un léger choc avec un attaquant portugais.

Benoit Assou-Ekotto
Le latéral gauche camerounais s’est montré entreprenant. Mais parfois un peu trop, d’où ses multiples fautes. En montant aux avants postes, sans calculer le timing, il a très souvent cédé les espaces aux Portugais qui n’en demandaient pas tant.

Nicolas Nkoulou
Sur le premier Portugais, l’amorti en control orienté de Cristiano a laissé pantois le défenseur de Marseille. Il a surtout manqué à Nkoukou dans ce match l’impact physique qui lui aurait permis de gagner certains duels.

Aurélien Chedjou
La passe dans l’axe du défenseur de Galatasaray, pourtant en grande forme avec son club ces derniers temps, a permis aux Portugais de doubler la mise. Après cette grossière erreur, les Camerounais, en manque de ressources mentales, vont baisser pied. Une faute monumentale.

Allan Nyom
Face à Cristiano et Contrao, sur le côté droit, le latéral de Grenada s’est montré à la hauteur. S’il s’est fait enrhumé une fois par le latéral gauche du Real, il a réussi parfois des gestes défensifs de grande classe sur Cristiano. Il a su également apporter l’animation offensive, mais ses centres ont manqué de précision.

Song Bilong
Le métronome de l’équipe camerounaise a, comme d’habitude, touché beaucoup de ballons. Mais en choisissant de jouer en attaque placée, faite de remontée de balles par des petites passes, les Lions pouvaient difficilement dominer les Portugais dans ce style, où ils excellent.

Jean II Makoun
Après une première mi-temps de haut vol, le relayeur rennais, à l’image de ses coéquipiers, a baissé son volume de jeu lors du deuxième acte. Auteur de la passe décisive qui a conduit au but de Vincent Aboubakar, Makoun est sorti à la 70ème minute, remplacé par Matip.

Enoh Eyong
Il a beaucoup couru et colmaté les brèches, surtout en première mi-temps. Il a récupéré de nombreux ballons et les a généralement bien redistribués. Mais son jeu offensif, sans prise de risque, fait de lui un joueur ordinaire.

Choupo Moting
Aligné sur l’aile droite de l’attaque camerounaise, l’attaquant de Mayence qui en club est aspiré par le couloir gauche s’est montré peu à l’aise. Il est à créditer néanmoins d’une belle frappe du pied gauche, qui est passée prêt de la cage à la 58ème mn.

Vincent Aboubakar
Sa disponibilité et ses dribbles ont plusieurs fois dérouté la charnière centrale portugaise. Bien servi par Makoun, il a permis aux Lions de rétablir la marque, peu avant la pause. Il a cédé sa place à Bédimo, à l’heure de jeu. Un changement tactique qui a grandement contribué à déstabiliser l’équipe camerounaise.

Vincent Aboubakar jubilant lors de son but, ce sera le seul pour le Cameroun
http://fr.fifa.com)/n

Samuel Eto’o
Positionné en première mi-temps sur le flanc gauche de l’attaque camerounaise, l’attaquant de Chelsea a montré une fois de plus qu’il a perdu en explosivité. Jamais dans le match il n’a pris le dessus sur son adversaire direct. Les 15 années de football pro ont fini par user la star camerounaise. Ses tentatives à la 20ème minute (coup franc sur la barrière), et sa frappe à l’heure de jeu, ont manqué de précision et surtout de puissance. Le coach du Cameroun gagnerait à utiliser Eto’o dans l’axe, en attaquant d’appui.

Joël Matip
La leçon est bien connue : pour contrer un génie de la trempe de Cristiano Ronaldo, il faut empêcher le ballon d’arriver à son niveau. C’est en tergiversant sur un ballon anodin comme a fait Joël Matip, que le ballon d’or 2013 a profité pour inscrire son deuxième but. Entré à la 70ème mn, il n’a pas pu aider ses coéquipiers qui ont semblé très affectés après l’offrande de Chedjou sur le deuxième but portugais.

Jean Armel Kana Biyik
La solidité d’une équipe repose sur sa charnière centrale. Or en multipliant les changements dans l’axe, le coach a aligné les joueurs qui n’ont jamais joué ensemble auparavant. Le duo Kana-Chedjou puis Kana-Nounkeu s’est montré peu complémentaire.

Guy Rolland Ndy Assembé
Le portier de Guingamp a fait un match correct, malgré les quatre buts encaissés. Abandonné par une défense expérimentale, il a fait de nombreux arrêts reflexes. N’eut été ses prouesses, la défaite aurait été plus lourde.

C’est un Christiano Ronaldo des grands jours qui a conduit le Portugal à sa victoire 5-1
http://fr.fifa.com)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé