Société › Société

Pots de vin: La pratique ne serait pas une particularité camerounaise

Selon des données récentes publiées par Transparency International, 1,7 milliards de personnes auraient été corrompues en 2010

Transparency International (TI), une organisation non gouvernementale qui est spécialisée dans la lutte contre la corruption dans le monde, a publié jeudi 9 décembre dernier, un rapport qui indique qu’en 2010, 1,7 milliards de personnes auraient été concernées par la corruption dans le monde. Son baromètre 2010 de la corruption mondiale s’appuie sur un sondage de grande ampleur, réalisé dans 86 pays. 91.000 personnes au total ont été interrogées sur l’évolution de la corruption. Une majorité de ces cibles (56%) juge que ce fléau s’est aggravé ces trois dernières années, un sentiment davantage perceptible en Europe (73%) et en Amérique du Nord (67%). Au palmarès des institutions jugées les plus corrompues arrivent en tête les partis politiques (79%) devant les administrations (62%). Les médias (40%), le système éducatif (38%), les ONG (30%) et les forces armées (30%). En valeur absolue, les 19 millions d’habitants que compte le Cameroun sont presque insignifiants face à ces chiffres. Pourtant le Cameroun sur un plan individuel occupe le 10ème rang des pays les plus corrompus cette année. Depuis le début de la campagne de lutte contre la corruption dans le pays, plus de 120 personnes ont déjà été arrêtées pour avoir détourné des fonds et des milliers de personnes ont été révoqués de l’administration en raison de faux diplômes.

Au Cameroun, le pot de vin est devenu la règle et le service public gratuit l’exception. La mauvaise gouvernance dont se plaint une partie de la population n’est pas seulement le fait de dirigeants amateurs de pots de vin. Elle se traduit aussi de façon très discrète mais tout aussi dangereuse, par une série d’incivilités qui concernent autant l’absentéisme des enseignants que la mauvaise qualité des produits vendus dans les marchés, en passant par la vente dans la rue des antirétroviraux par exemple. Généralement, l’expression la plus couramment utilisée est celle de se dire « On va faire comment? » Cette corruption bénéficie aussi du fait que les média en parlent peu, s’intéressant plutôt aux actions majeures portées contre de hauts responsables de l’administration ou des gros dirigeants d’entreprise. Les victimes de cette corruption du quotidien sont toujours les plus pauvres, ceux qui ne possèdent pas des moyens d’influence, et dont la survie dépend de la qualité des services publics de la santé, du transport en commun ou encore de l’éducation. Un exemple clair de cette situation est celui du transport. Une étude a démontré qu’il est deux fois plus cher de transporter une marchandise de Douala au Cameroun pour Ndjamena au Tchad voisin (le trajet s’effectuant entièrement sur le sol camerounais), que de transporter la même marchandise de Dubaï aux Emirats arabe unis à Brazzaville. De façon globale, la garantie d’un service public efficace est toujours conditionnée par la capacité de celui qui demande le service à redistribuer des cadeaux aux agents. Et c’est bien là le problème!

Les actes de corruption minent la vie des camerounais
nettali.net)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut