Opinions › Tribune

Pour une démocratie quadripartite au Cameroun

Pr Olivier BILE

Il faut humblement reconnaître que nous nous sommes tous égarés dans une trajectoire démocratique fausse et surtout truffée de mensonges.

Si cela est lourdement valable pour le parti-Etat aux affaires, cela l’est également pour notre pléthore de partis d’opposition. A bien y regarder de près, nos oppositions fonctionnent souvent sur les mêmes schémas de pensée exaltant la tribu comme socle politique et non la pensée, la probité, la quête de l’excellence, etc…Cela l’est aussi pour notre société civile et intellectuelle qui n’a pas beaucoup travaillé à proposer de véritables modèles alternatifs. Même la communauté et les médias internationaux n’ont de cesse de nous accompagner à longueur d’années et d’élections dans cet égarement démocratique qui nous est commun avec la plupart de nos États africains.

Nous regardons aujourd’hui, non sans délectation, la maison Rdpc brûler. Nous mettons cela sur le compte de la longévité au pouvoir de Paul Biya qui en est sûrement aussi une des causes. Mais la vraie raison du délitement de notre société et de ce parti-Etat est davantage systémique plutôt qu’individu elle.

S’il y a le feu à la baraque, les principaux motifs en sont les suivants:

La sur obésité frauduleuse, viciée et artificielle du parti-Etat de facto au Cameroun. Il a continué pendant plus de 30 ans à se comporter comme à l’époque du parti unique. Profitant d’avantages abusivement exorbitants liés aux ressources humaines, financières et matérielles de tout l’appareil d’Etat, il a imposé une escroquerie démocratique sans précédent dans l’histoire politique de l’humanité.

Un monumental système de corruption politique et électorale et d’achat des consciences des citoyens à ciel ouvert, occasionnant une effroyable malédiction politique et sociale sur l’ensemble du pays. Un gigantesque mécanisme de fraudes et de tricheries électorales promu depuis toujours et charriant les mêmes effets nocifs.

Un incommensurable comportement de tribalisme politique travaillant la plupart des principales communautés et tribus du pays. Toutes sont désireuses d’imposer un ordre hégémonique et de repli identitaire,  et partant, opposé à un projet de démocratie républicaine, intégrative et fraternelle conforme aux idéaux de nos ancêtres qui avaient proclamé : « Que tous tes enfants du nord au sud, de l’est à l’Ouest soient tout amour….. »

Une incapacité ontologique et congénitale à concevoir la politique comme une noble activité fondée sur la probité, l’intégrité et la vertu. La culture ici est celle du meilleur dribbleur qui est souvent le plus malhonnête des acteurs, dans sa capacité à ruser et tromper les autres. On n’est pas loin d’une forme avérée de satanisme. A titre d’exemple, dans toutes nos langues politique signifie simplement mensonge, ruse, banditisme, escroquerie…. Tout le monde semble avoir intégré cela….. Pourquoi être surpris de ce qui nous arrive depuis un certain temps ?

Un défaut criard de cadastres idéologiques chez les acteurs politiques. Ces derniers se comportent davantage comme des opportunistes justes intéressés par les positions de pouvoir et de fortune auxquelles ils peuvent accéder. La réflexion minimale sur la restructuration de l’espace et de la vie politique n’est pas leur souci.

Un égarement culturel, spirituel et philosophique de l’élite politique, administrative et intellectuelle dans les loges et cénacles occultistes occidentaux, toutes choses qui l’installe dans une position de vassalité et de servitude à l’égard des maîtres étrangers du système esclavagiste néocolonial.

Pistes de solution

1- Démanteler les dispositifs du parti-Etat et instaurer un système politique plus équilibré et plus équitable entre acteurs en présence. Cela impose une batterie de mesures diverses mais surtout vérité et sincérité entre les acteurs.

Reconfigurer notre paysage politique en 4 principales familles de pensée. Appelons cela Démocratie quadripartite. Le principal péril du Tribalisme politique qui bat son plein pourra ainsi être déconstruit et neutralisé. Dans une autre publication, j’avais déjà proposé les thèmes identifiants suivants : 1. Que les meilleurs gagnent (droite). 2. Dieu au centre de la vie politique (centre droit). 3. L’Union de l’Afrique fait la force (centre gauche). 4. Égalité pour tous (gauche).

Des thèmes sur lesquels nos citoyens devront désormais fonder leur choix idéologique et électoral. De robustes États Généraux et Nationaux de la démocratie nous permettront d’affiner et implémenter cette vision refondatrice.

Une robuste loi sur la criminalisation de la corruption et de la fraude électorale.. Créer un observatoire du tribalisme et des replis identitaire tout en criminalisant les actes publics liés à ces dérives. Et enfin, toutes sortes d’autres mesures d’aval visant à crédibiliser et conférer toute la transparence nécessaire au processus électoral (modes de scrutin, règles de financement des élections et partis, etc…).

C’est donc, comme chacun peut le constater, un vaste programme à peine esquissé ici qui devra être davantage formulé et mis en œuvre afin de rectifier convenablement la trajectoire démocratique de notre pays. Dans une perspective systémique et interactionniste. Sinon le feu risque de nous emporter tous…

Dieu libère et bénisse le Cameroun.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top