Présidentielle 2018 › Ndifor Afanwi

Présidentielle 2018 : chants et prières au meeting de Ndifor Afanwi Frankline à Douala

Ndifor Afanwi Frankline lors de son meeting au stade cité Cicam à Douala, le 24 septembre 2018. ©Droits réservés.

Le candidat investi par le parti MCNC a tenu un meeting au stade Cité Cicam de Douala lundi 24 septembre 2018.

Des prières et des louanges. Pour le meeting de campagne au stade Cité Cicam de Douala lundi 24 septembre 2018, les dirigeants du Mouvement citoyen national du Cameroun (MCNC), le parti politique qui investit le candidat Ndifor Afanwi Frankline, ont choisi de louer l’Eternel et de le remercier d’avoir envoyé son fils pour sauver le Cameroun.

Les choristes et animateurs sur scène donnent le ton. Les fidèles, des centaines, assis sur des chaises disposées dans le stade, n’hésitent pas à se lever pour esquisser quelques pas de danse à l’occasion. Des slogans de campagne sont repris au milieu des chansons interprétées. « Enough is enough » (Trop c’est trop), « On a besoin de changement », scande un choriste.

Les orateurs présentent Ndifor Afanwi Frankline comme un homme de vérité qui a décidé de se sacrifier pour la nation. « Il ne faut pas me confondre avec un politicien. Je suis un homme de vérité. Les politiciens lancent des mots en l’air qui n’ont jamais atterri. C’est le moment de la réalité, du professionnalisme », indique le pasteur dès sa prise de parole à 17h50.

Pour le candidat du MCNC, l’heure n’est plus aux beaux discours pour tromper la population. Il fait savoir que la situation actuelle dans laquelle se trouve le pays, envahi par « des buveurs de sang », ne demande plus seulement de la sagesse ou de l’éducation pour l’en sortir. «Mais c’est le niveau spirituel. Ce n’est que la personne qui a la puissance de Dieu qui peut libérer ce peuple. Je suis un prophète et encore très jeune».

Ndifor Afanwi Frankline rassure à ses potentiels électeurs son engagement à combattre la corruption. Il s’est également prononcé sur ses actions dans d’autres domaines de la vie de la nation, s’il était élu au soir du 07 octobre 2018. Il entend par exemple « tout digitaliser».

« Fire » sur Etoudi

Comme il l’a toujours soutenu depuis l’annonce de sa candidature, le candidat du MCNC ne prévoit pas des poursuites contre le président Biya, s’il venait à le remplacer. Mais il invite cependant ce dernier à prendre sa retraite. Il conseille d’ailleurs aussi à tout administrateur qui a déjà dépassé l’âge de 70 ans à aller en retraite, afin que la jeunesse puisse construire le pays.

Ndifor Afanwi Frankline met aussi en garde les potentiels électeurs de ne pas céder à la tentation de billets de banque ou des boîtes de sardine pour l’achat de leur vote. «Que nos votes ne soient pas touchés. On aura nos procès-verbaux en main. On va transformer notre pays », a-t-il prévenu. Le pasteur de la Kingship International Ministrie, basée à Bonabéri, a achevé son meeting en envoyant « le Fire » (feu) sur Etoudi. « MCNC, Fire !!! C’est le Fire qui va brûler Etoudi», a-t-il scandé en chœur avec les manifestants, en agitant le bulletin vert.

 

 

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut