› Politique

PrĂ©sidentielle 2018 : Maurice Kamto promet de « revoir » les dossiers de l’opĂ©ration Ă©pervier

C’est l’une des actions que le candidat du MRC Ă  la prochaine Ă©lection prĂ©sidentielle envisage de mettre en oeuvre, si jamais il est plĂ©biscité par les camerounais.

Maurice Kamto est rĂ©solument tournĂ© vers la prochaine prĂ©sidentielle que le Cameroun devrait organiser au cours de cette annĂ©e. En marge de la tenue de la convention Ă©lective de son parti politique le MRC les 13,14 et 15 avril dernier, l’ancien ministre a organisĂ© une confĂ©rence de presse au cours de laquelle il a livrĂ© un aperçu des actions qu’il mettra en oeuvre si jamais il accède Ă  la fonction prĂ©sidentielle.

InterrogĂ© par des journalistes sur le sort qu’il rĂ©servera aux prisonniers de l’opĂ©ration Ă©pervier, Maurice Kamto a clairement promit de « revoir » cette campagne de lutte contre la corruption. « La question de l’opĂ©ration Ă©pervier et très importante et elle appelle Ă  une rĂ©flexion dans le calme, la sĂ©rĂ©nitĂ© et sans polĂ©miques. Tout le monde aujourd’hui est enclin a penser que l’Ă©pervier est devenu un oiseau politique et non pas un animal de lutte contre la corruption. Et donc, un certains nombre de hauts responsables de la RĂ©publique sont aujourd’hui dĂ©tenus en prison sur la base de dossier inconsistants ou de procès pas juste et Ă©quitable« , affirme-t-il.

Pour l’ancien ministre, deux dossiers en mĂ©ritent d’ĂŞtre revue particulièrement, car pour lui cela ressemble plus à un règlement politique. « Il faudra reconsidĂ©rer les dossiers un Ă  un. On ne peut pas les gĂ©rer de façon globale et indiffĂ©renciĂ©e. Il se peut que parmi certaines personnes dĂ©tenus il y a effectivement des crimes qui leur sont reprochĂ©s et que ces crimes sont Ă©tablis. Mais il y a des cas qui nous ont frappĂ©s particulièrement (…) j’ai Ă  cĹ“ur de revoir le dossier de quelqu’un comme l’ancien ministre d’Etat Marafa Hamidou Yaya parce que dans son dossier est apparu une notion qui me parait jusqu’aujourd’hui Ă©trange : la complicitĂ© intellectuelle. (…) J’ai Ă©galement Ă  l’esprit le dossier du ministre d’Etat Jean Marie Atangana Mebara, qui a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© non coupable dans une affaire. Et au lieu qu’on le remette en libertĂ©, quitte a trouver une nouvelle charge contre lui après, on la maintenu en prison et on a ouvert un autre dossier pour qu’il reste en prison. Ce n’est pas cette justice que je dĂ©fendrai« , martèle Maurice Kamto.

Au final, le candidat du MRC s’est prĂ©sentĂ© comme quelqu’un qui veillera Ă  la probitĂ© de la justice, mĂŞme si de l’avis de certains observateurs, cette dĂ©marche pourrait dĂ©noter d’une immiscion de l’executif dans les affaires de la justice. Maurice Kamto reste pour sa part ferme. « Il ne faut pas utiliser la justice d’un pays pour faire des règlements de compte » a-t-il affirmĂ© en guise de conclusion.

Ă€ LA UNE
Retour en haut