International › AFP

Présidentielle en Guinée: huit candidats enregistrés et validés

L’annonce a été faite mercredi par la Cour constitutionnelle. En lice, le chef de l’Etat sortant Alpha Condé et une femme. Le premier tour de la présidentielle est fixé au 11 octobre prochain

Huit candidats, dont le chef de l’Etat sortant Alpha Condé et une femme, ont déposé leur dossier de candidature pour l’élection présidentielle d’octobre en Guinée et ont tous été validés, a annoncé mercredi, 02 septembre 2015, la Cour constitutionnelle.

« Huit prétendants dont une femme se sont manifestés au greffe de notre institution » dans la nuit de mardi à mercredi, délai limite de dépôt des candidatures pour la présidentielle, a affirmé à le secrétaire général de la Cour constitutionnelle, Cheick Fantamady Condé.

La Cour a validé mercredi les huit dossiers de candidature, a indiqué M. Condé. Le premier tour de la présidentielle est fixé au 11 octobre prochain. Selon les dispositions légales, « s’il y a lieu de procéder à un deuxième tour de scrutin » présidentiel, « celui-ci est fixé au quatorzième jour après la proclamation des résultats définitifs du premier tour ».

En plus du président Alpha Condé, en lice pour une coalition menée par son parti, le Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG), les candidats retenus comprennent des chefs de l’opposition: Cellou Dalein Diallo de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Sidya Touré de l’Union des forces républicaines (UFR) et Lansana Kouyaté du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN).

Les autres prétendants sont Faya Millimono, président du Bloc libéral (BL), Georges Gandy Faraguet Tounkara de l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD), Pape Koly Kourouma de la Génération pour la réconciliation, l’unité et la prospérité (Grup), et Mme Marie Madeleine Dioubaté du Parti des Ecologistes de Guinée (PEG).

L’ouverture de la campagne électorale est prévue le 10 septembre et sa clôture le 9 octobre, a affirmé une source à la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Un accord politique a été conclu le 21 août entre la majorité et l’opposition pour aplanir leurs divergences. Cet accord devait notamment permettre à l’opposition guinéenne de remplacer deux de ses membres à la Céni, décédés.

Un audit du fichier électoral est prévu et des discussions doivent être menées pour arrêter une nouvelle date pour les locales, qui n’ont pas été organisées en Guinée depuis 2005. Le climat était tendu depuis plusieurs mois entre le pouvoir et l’opposition autour du calendrier des prochains scrutins arrêté en mars par la Céni, qui prévoyait une présidentielle en octobre et des locales en 2016. Les opposants ont contesté ce programme et réclamé la tenue des locales avant la présidentielle. Ils ont organisé depuis avril plusieurs manifestations meurtrières.

Le président sortant guinéen Alpha Condé devant la presse, le 27 août 2015 au palais présidentiel de Conakry.
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé