› Eco et Business

Prestation de serment des administrés du ministère des finances à Ngaoundéré

Le Trésorier payeur général ainsi que cinq chefs de postes comptables viennent tous de prêter serment devant le tribunal de première instance de Ngaoundéré

L’honneur est revenu au trésorier payeur général de l’Adamaoua, Monsieur Djidéré d’ouvrir le bal de cette série de prestation de serment devant le Président du tribunal de première instance de Ngaoundéré et de nombreuses autorités administratives. Une prestation de serment qui tire son fondement dans les options de transparence, de rigueur et de probité que l’Etat camerounais attache désormais à la manipulation des fonds publics ainsi qu’à la comptabilité y afférente. Ce n’est un secret pour personne que la manipulation des fonds publics expose à des tentations diverses. Il en est ainsi par exemple de celle consistant à confondre ces fonds avec les ressources personnelles. De la pratique conduisant à utiliser la fortune publique comme instrument de démonstration de puissance au détriment des usagers du service public.

C’est sans doute la raison pour laquelle ce rituel qui consiste à jurer devant Dieu et devant les hommes s’est étendu ce mercredi 05 mai 2010 aux chefs de postes comptables de l’Adamaoua. Ils étaient cinq au total à passer devant le Président du TPI de Ngaoundéré, Dimanche Lissou. Bouba Oumarou, Nedinga Alim, Adabi Oumarou, Sanda Garoua et Taoré René ont tous pris la pleine mesure de la grandeur et de la délicatesse de leurs fonctions à travers la cérémonie de prestation du serment. Des fonctions qui font appel à des valeurs telles que la probité, la responsabilité, le sens de l’éthique et de l’intérêt général.

Dans ses réquisitions, le procureur de la République, Jean de Dieu Sangona a invité les requérants à s’habituer du désintéressement, à la sincérité et au sérieux qui ne doivent en aucun cas faire défaut. Surtout en ce moment où les pouvoirs publics sont engagés dans la lutte contre la corruption. Dimanche Lissou, leur a demandé d’être les reflets de la loi et de la réglementation en vigueur en assurant la bonne utilisation des deniers publics qui constituent à n’en point douter le fondement de l’Etat. Pour y parvenir, ils devront se départir des comportements compromettants surtout lorsqu’on sait que l’épée de Damoclès est désormais suspendue au-dessus de leur tête. En tout cas, les textes relatifs à la responsabilité d’un comptable public sont clairs et parlent d’eux-mêmes: que ce soit l’ordonnance de 1962 ou encore la loi du 26 décembre 2007 portant régime financier de l’Etat. Ne dit-on pas souvent que l’argent est un remède à tout mal hormis l’avarice?

Tout faire pour éviter les tentations
nordcamerouninfos.files.wordpress.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé