Opinions › Tribune

Prise d’otage médiatique: Pourquoi distraire l’Afrique avec le préservatif ?

Tentative de décryptage au moment où le pape appelle à la Justice et à la réconciliation

Le tapage médiatique sur l’utilisation du préservatif qui a accompagné le voyage de Benoit XVI en Afrique, a été une manigance organisée de toute pièce par ceux qui pillent l’Afrique et veulent distraire l’opinion quand on veut poser les vrais problèmes. En tant que Camerounais fier de ma nation, je me sens trahi et insulté par ces hommes de média qui ont détourné mon attention sur les questions de Justice et de Réconciliation auxquelles le Pape veut inviter l’Afrique et le monde. Dans un premier temps, j’ai voulu laisser passer la question, la classant comme un malentendu quelconque mais l’insistance des média sur ce seul point m’a conduit au doute sur les intentions profondes des auteurs de la manipulation. En regardant de près, j’ai compris que ce n’est pas seulement le Pape, mais c’est l’Afrique et les Africains qui sont visés: on veut tout faire pour dénigrer l’Afrique, pour porter notre attention sur des sujets secondaires quand le Pape pointe la question de fond. Les manipulateurs ont utilisé la plus vieille technique: trancher des extraits de leur contexte original et puis les charger des contenus différents et erronés, et les branler en fin comme des paroles du Pape. Mais les Africains se sont rendus compte et ne cessent de réagir contre cet acte de sabotage tissé de mensonges et de manipulations de l’opinion. Il nous faut revenir au débat qui intéresse les Africains.

1. Une erreur grave: L’oubli du texte intégral!
Une vaste majorité de ceux qui épiloguent sur les propos du Pape ignorent qu’il répondait à une question de journaliste: nous reprenons ici la question et la réponse.
Q – Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l’Afrique, il y a également en particulier, celui de la diffusion du SIDA. La position de l’Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n’étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage?
R – Je dirais le contraire: je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte conte le SIDA est précisément l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant’Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lute contre le SIDA, aux Camilliens, à toutes les s urs qui sont à la disposition des malades. Je dirais qu’on ne peut pas surmonter ce problème du SIDA uniquement avec des slogans publicitaires.

Si on n’y met pas l’âme, si les Africains ne s’entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs: au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement: le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l’homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d’épreuve. Il me semble que c’est la juste réponse, et c’est ce que fait l’Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font. (Source: VIS)

2. Réactions des jeunes camerounais: Les Africains ne sont pas dupes!
Fotso Appolin, 32 ans, Doctorant en Biologie, Yaoundé:  » J’ai l’impression que tout le monde se méprend sur les paroles du Pape y compris les Français qui boycottent sa visite au Cameroun en se focalisant uniquement sur sa déclaration sur le SIDA. D’après mon analyse, le Pape n’a pas dit que le préservatif était vecteur du SIDA, mais qu’elle aggravait la situation. Pourquoi? Vous êtes d’accord que le préservatif installe l’homme dans un confort immoral, dans une posture de sécurité qui le pousse à amplifier son spectre d’action puisque se dit-il, je suis protégé. Cette situation de pseudo totale confiance en son Protecteur débouche forcement sur un sentiment de toute puissance, et c’est quand on s’attend le moins que le pire arrive. Appliquez-le à toutes les situations de la vie et vous verrez que cela se justifie. Pourquoi refuse-t-on d’accepter que l’abstinence et la fidélité réduisent la transmission du SIDA.
Bien sûr cela semble bien difficile au regard de tout ce qui se déroule autour de nous, mais il faudrait au moins commencer par l’admettre et demander à ceux qui le veulent bien de retourner aux valeurs morales qui n’exigent pas l’utilisation des condoms. En tant qu’autorité morale, le Pape a bien le devoir de prescrire à ceux qui veulent l’entendre la voix qui sauve. Pas de quoi en faire un procès d’intention. Il a délivré un message, que celui qui a des oreilles entende et si tu n’en as pas, bon pied la route! »

Kengne Tchamou Gabriel, 34 ans, Prêtre et Enseignant, Bafoussam :  » Très bonne analyse, Appolin! Et puis, dans la vie, il faut apprendre à rester dans le sujet. A mon avis, la nécessité ou non du port du préservatif n’était pas au c ur de son intervention. En insistant trop là-dessus, j’ai l’impression qu’on se laisse détourner de l’essentiel. Pourquoi oublie-t-on si facilement qu’il a prescrit la juste solution: UNE HUMANISATION DE LA SEXUALITE ? Voilà l’essentiel. Et puis, il faut se rendre compte que le taux de prévalence du VIH est très élevé dans les régions du monde où le préservatif est le plus distribué. Je me trompe ? Bien de choses à vous! »

3. Pourquoi a-t-on si peur quand on veut parler justice?
En lisant les réactions sur les grandes chaines de communication j’ai été sidéré: C’est vraiment surprenant que les propos du Pape aient suscité plus de polémique dans certains pays étrangers que sur le continent. Heureusement, les Africains ont bien perçu les astuces des détracteurs du Pape et de l’Afrique. Tout est fait pour détourner l’attention de l’opinion internationale sur la question de Justice et de réconciliation. La visite du Pape en Afrique et son message sont un acte de courage et d’amour pour la dignité des Africains. On ne peut pas prétendre sauver l’Afrique avec la publicité des préservatifs. Nous, Africains, avons besoin de respect, de justice et de réconciliation!

Le Pape veut toucher les questions que l’on veut camoufler. Comment a-t-on si vite oublié que la maladie qui tue le plus en Afrique est bien le paludisme (malaria) et non le SIDA? Pourquoi ne travaillons-nous pas encore plus à l’éradication de la malaria en Afrique? Pourquoi ne rappelons-nous pas aux firmes thérapeutiques qui détiennent les brevets de faire que les traitements soient à la bourse des populations africaines? Je pense que les grands de ce monde ont peur de ce que l’Afrique pourra devenir avec une population nombreuse et forte. On ignore que le préservatif, longtemps avant le SIDA, est né pour le contrôle des naissances et donc de la population, et continue à jouer ce rôle, même en protégeant contre le SIDA. Pourquoi ne pas faire un vaste programme de soin des victimes du SIDA à des prix raisonnables?
Il semble que la publicité de la misère en Afrique consolerait les masses démunies des autres continents. Les grands de ce monde ont peur de manquer de lieu où ils pourront de temps en temps détourner l’attention de leur propre population quand ils exigent un mieux être: il est plus facile de faire une publicité des sans papiers qui périssent en Méditerranée que de faire un reportage sérieux sur le pillage du diamant, de l’or, du pétrole et autres ressources des pays africains.

Pouvons-nous avoir le courage de revisiter les questions douloureuses comme celle de la tentative d’enlèvement des enfants tchadiens qui a eu une issue biaisée à cause de l’intervention du gouvernement français? Pouvons-nous savoir ce qui s’est passé avec les infirmières bulgares qui étaient arrêtées en Lybie pour avoir inoculé le virus du SIDA aux enfants? ?
Il y a un peu plus d’un an, quand le président français, en visite à Dakar, a voulu donner ses leçons à l’Afrique, il avait complètement oublié de souligner que son pays fait partie de ceux qui ont ruiné le continent. Toutes les puissances esclavagistes et colonisatrices doivent savoir que le temps de la vérité, de la justice et de la réconciliation est arrivé. Les Africains n’ont pas besoin de puissances extérieures qui doivent dire au Pape ce qu’il doit dire en Afrique. Que ceux qui se soucient de l’Afrique reconnaissent l’esclavage comme crime contre l’humanité et payent les réparations, qu’ils reconnaissent la colonisation comme crime contre la dignité humaine et source du déséquilibre mondial.

Voulez-vous savoir ce dont l’Afrique a besoin ? Et oui, pas de la publicité de ceux qui cherchent à s’agrandir en montrant la misère des autres. L’Afrique a besoin d’un ordre économique mondiale juste, l’Afrique a besoin du rapatriement des capitaux qui sont engloutis dans les banques étrangers, l’Afrique veut que cesse le marché des armes qui alimente les guerres à odeur de petro-diamant, l’Afrique a besoin que les mercenaires étrangers qui déstabilisent les Etats sortent de l’ombre. L’Afrique veut que les multinationales pratiquent un commerce juste et que les biens du sol et du sous-sol bénéficient à tous y compris à ses propres enfants qui meurent sur le sentier de la quête d’un mieux être.
Le message de l’Afrique au monde est le suivant: Ayons le courage d’accepter la justice et la réconciliation! Ne nous laissons par distraire par ceux qui poursuivent leurs intérêts inavoués en usant et en abusant des Africains. Le Pape a offert un instrument de travail pour la Justice et la Réconciliation: penchons-nous sur ce thème si nous avons le courage de le faire!

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut