Culture › Livres

Prix des 5 continents: Mention spéciale du jury pour Patrice Nganang

La remise du prix organisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie a eu lieu le 9 décembre dernier à son siège à Paris.

Ouverte par Clément Duhaime, administrateur de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), la cérémonie a été marquée par la lecture d’extraits d' »Innocentines » (éditionsGrasset, 1969) de et par René de Obaldia, membre de l’académie française et du jury du prix des cinq continents. A l’occasion de cette dixième édition, la plupart des anciens lauréats avaient tenu à être présents afin de souligner l’originalité de ce prix dédié à la littérature francophone. Liliana Lazar a plus particulièrement insisté sur l’accompagnement dont elle a bénéficié pendant une année de la part de l’OIF pour assurer la promotion de son roman primé en 2010. Les membres du jury dont son président, l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot, ainsi que le prix nobel de littérature 2008 J.M.G. Le Clézio, ont fait par des motivations qui les ont conduits à récompenser la Québécoise Jocelyne Saucier pour son roman « Il pleuvait des oiseaux » (Editions XYZ) et à attribuer une mention spéciale au Camerounais Patrice Nganang pour « Mont-Plaisant » (Editions Philippe Rey). Le secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, a remis leur distinction aux deux lauréats.

« Mont Plaisant », met en scène Bertha, une jeune femme étudiant aux États-Unis, revenue au pays pour y faire des recherches sur les origines du nationalisme camerounais. L’occasion pour l’auteur de se plonger dans le Cameroun de la première guerre mondiale et de rendre hommage à la production intellectuelle du sultan Njoya (1871-1933), souverain bamoum féru d’art et de sciences, inventeur de son propre alphabet. Patrice Nganang a opté pour une écriture professionnelle J’ai utilisé toutes les possibilités, toutes les ressources historiques dont j’ai pu disposer, en menant, huit années durant, des recherches au Cameroun, aux États-Unis, en Allemagne, en France confie-t-il. Le premier manuscrit de « Mont-Plaisant » était en anglais mais il a été finalement publié en français J’avais décidé d’arrêter d’écrire en français, car je suis très pessimiste pour l’évolution de la littérature francophone. Elle manque d’idées, les auteurs se plagient, et la critique n’ose pas le dire. De plus, en France les auteurs n’ont aucun droit sur leurs écrits. Je vis aux États-Unis depuis dix ans. Ici, les auteurs sont publiés par un agent littéraire, ça change tout. Finalement, j’ai décidé de publier tout de même en français et de passer par l’intermédiaire d’un des rares agents littéraires hexagonaux, ce qui me permet de conserver des droits sur mon livre en dehors de France. Je me suis approprié ce livre entièrement affirme-t-il.

Abdou Diouf remet la mention spéciale à Patrice Nganang
STM/OIF)/n

Patrice Nganang est un écrivain né en 1970 à Yaoundé, au Cameroun. Il est connu pour son engagement contre les dictatures Africaines, en particulier celle du Cameroun. Patrice Nganang enseigne la théorie littéraire à l’Université d’État de New York.

A l’actif de l’auteur
Romans
La Promesse des fleurs, 1997 (ISBN 2738447066)
Temps de chien, 1999 (ISBN 2-84261-419-4)
La Joie de vivre, 2003 (ISBN 2-84261-439-9)

Nouvelles
Dernières nouvelles du colonialisme, 2006 (ISBN 2-911412-40-0)

Contes
L’Invention du beau regard, 2005 (ISBN 2-07-077271-3)

Essais
Le principe dissident, 2005 (ISBN 9956-435-00-7)
Manifeste d’une nouvelle littérature africaine, 2007 (ISBN 2-915129-27-4)
L’Afrique répond à Sarkozy – Contre le discours de Dakar, ouvrage collectif, 2008 (ISBN 978-2-84876-110-7).

lLes membres du Jury et les lauréats, dont Patrice Nganang à l’extrême droite
STM/OIF)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé