› Eco et Business

Prix du carburant: Le Super désormais à 700 FCFA le litre?

De sources bien informées, le litre du Super connaîtra une hausse de 131 FCFA. Les nouveaux prix, avant la fin d’année 2012

Financement des projets structurants
Le gouvernement est décidé à affecter l’argent des subventions au financement des produits structurants. Si l’on s’en tient uniquement aux 400 milliards de FCfa qui seront affectés en 2012, dans le cadre du soutien des prix des produits pétroliers, il est évident que les financements du barrage de Memve’ele seraient finalisés, souligne Magloire Atangana Mbarga, ministre de Commerce. La messe est donc dite, pour ce qui est de la suppression annoncée des subventions de carburant à la pompe. Selon le gouvernement camerounais, le cumul des subventions des produits pétroliers au cours de ces cinq dernières années serait à mesure de financer près de dix grands projets structurants sans un quelconque emprunt. Dans la liste de ces projets, on cite entre autres, le port en eau profonde de Kribi( 244 milliards de FCFA ), les stades de Bafoussam et de Limbe (17,870 milliards de FCFA ), l’hôpital gynéco obstétrique de Douala (3,7 milliards FCFA ), les 1500 logements sociaux (33,5 milliards de FCFA). A noter aussi l’adduction d’eau potable de Douala, la construction de l’autoroute Yaoundé Nsimalen, la construction du Ring Road, la réhabilitation du barrage de Lagdo dans le septentrion, les projets d’adduction d’eau potable à partir du fleuve Sanaga et de l’autoroute Yaoundé /Douala (phase I), budgétisés respectivement à 50, 48, 200, 38, 200 et 250 milliards FCFA. L’autre argument avancé par le gouvernement, c’est la non-atteinte de la cible principale par ces subventions. Les couches sociales pauvres ou défavorisées notamment apprend-on.

689 milliards de subvention entre 2008 et 2012
L’objectif recherché par ces subventions notamment depuis 2008, était de résoudre un problème de vie chère surtout pour les populations pauvres ou défavorisées. Or des études disponibles montrent que 70% des subventions au carburant super étaient captés par les 40% des revenus les plus élevés, et que les 20% des revenus les plus faibles ne tiraient même pas les 1% de ces montants. Les pauvres bénéficiaient de 13% des subventions sur le pétrole lampant, ce qui n’est guère brillant, a déclaré Roger Tsafack Nanfossso, enseignant à l’université de Yaoundé II. Une étude plus récente explique que les 80% des subventions vont aux riches pour ce qui est du carburant Super. Or, ce sont les pauvres qui étaient pourtant la cible de cette généreuse manne de subventions du gouvernent, à en croire des observateurs. Il faut souligner que la subvention représente 14% du budget de l’Etat et 60% de la masse salariale des fonctionnaires de l’administration publique. Les statistiques montrent qu’au cours des quatre dernières années, l’Etat a consacré sous forme détaillée 689 milliards de FCFA à la subvention des produits pétroliers. Cette année, les prévisions estiment qu’il faudrait 400 milliards FCFA. Une somme que les institutions de Brettons Wood considèrent comme du pur gaspillage. Elles soutiennent que le Cameroun est l’un des rares pays au monde qui continuent à maintenir ce genre d’investissement budgétivore. Depuis bientôt deux ans, elles n’ont cessé de piaffer d’impatience de voir ces subventions supprimées. La pression est montée d’un cran ces derniers mois et Yaoundé a commencé à s’enrhumer. Il est aujourd’hui contraint da lâcher du lest faute de moyens de résistance à ces nouveaux commandants de bord de notre économie.

Conséquences
Depuis 2008, l’Etat a pris l’option de subventionner le prix du carburant à la pompe, la politique de lutte contre la vie chère aidant. Une décision prise en pleine flambée des cours de brut sur le marché international où le baril avoisinait les 109 dollars (55000 FCFA)! Aujourd’hui, le cours de l’or noir caracole autour de 105 dollars, soit environ 52000 FCFA. Mais, un autre débat bat déjà le plein dans les principales artères du pays. «Nous sommes d’accord qu’on supprime les subventions. Mais, que ferons-nous des 400 milliards de FCfa desdites subventions? Quelle est la garantie que ces subventions seront affectées réellement au bien être de tous les camerounais». Voilà les principales interrogations qui alimentent les conversations. Bien plus, les uns et autres se demandent s’il n’est pas judicieux d’utiliser les 400 milliards de Fcfa budgétisées pour augmenter les salaires dans l’administration publique et par ricochet accroître le pouvoir d’achat de tous les Camerounais. Il est vrai que la suppression de cette subvention pèsera lourd sur la couche sociale plus défavorisée (taxis, ben skins, gagnes petits etc.). Le litre de l’or noir grimpera autour de 700 FCFA et les ménagères et les gagnes petits vont en pâtir, s’il n’ y a pas des mesures d’accompagnement. «Une chose est sûre, les prix vont augmenter », insistent nos informateurs. «Mais, rien n’est encore définitivement arrêté », tempèrent-ils, en restant également évasifs quant à la date d’entrée en vigueur des nouveaux tarifs. Tantôt c’est quatre mois, tantôt cinq. Mais, quelque qu’en soit le cas, il faudra au préalable résoudre l’équation des acteurs de la société civile farouchement opposés à toute hausse.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé