Politique › Institutionnel

Processus électoral au Cameroun: Aucun compromis en vue entre acteurs politiques

Elections Cameroon (Elecam) a rencontré les acteurs du processus électoral ce mercredi 29 septembre à Yaoundé

Première rencontre et déjà des désaccords
C’est la première concertation nationale entre Elections Cameroon et les autres acteurs du processus électoral, a souligné le président de son conseil électoral, Samuel Fonkam Azu’u, devant près de 250 représentants des administrations, partis politiques, société civile et Elecam regroupés au Palais des Congrès de Yaoundé. Les travaux ont duré jusque tard dans la nuit et aucun accord de principe n’a été retenu. Côté ELELCAM, on indique pourtant que cette rencontre constitue un cadre d’échanges et de dialogue pour aplanir les divergences au sujet d’Elecam, a ajouté François Fonkam Azu’u, indiquant que des concertations similaires se tiendront régulièrement. A l’issue de la concertation, des opposants ont réitéré leurs critiques envers Elecam. Opposition et ONG reprochent aux membres d’Elecam d’être inféodés au rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir. Nous ne sommes pas satisfaits parce que cette rencontre ne change rien au processus électoral en cours et à toutes nos doléances, a affirmé Joshua Osih, 2e vice-président du Social Democratic Front, principal parti d’opposition. Ce dernier indique par ailleurs qu’ils sont venus à cette réunion par pure politesse.Nous restons sceptiques quant à ce qui pourrait en sortir. Certains autres hommes politiques eux ont une position plutôt nuancée. C’est un bon processus vous savez, les questions électorales sont très complexes et ce genre de rencontre permet de mieux évaluer les différentes situations a indiqué pour sa part, un haut cadre de l’UDC, l’union démocratique du cameroun de Adamou Ndam Njoya.

Les positions restent campées
Les revendications de l’opposition et de l’ensemble de la société civile sont claires. Il faudrait qu’il y ait une refonte des listes et non pas une révision comme le propose ELECAM, nous soupçonnons que ces listes soient entachées d’irrégularités, par exemple a indiqué un observateur. Alors que le processus d’inscription sur les listes électorales a débuté, les partis politiques restent très critiques sur le principe de la révision. Très critiqué aussi, le code électoral. De nombreuses personnes dans l’opposition lui reprochent le fait qu’il ait été initié par l’administration et logiquement voté par la majorité RDPC au pouvoir. De même, de nombreuses personnes insistent pour que le logiciel en charge de la gestion des élections fasse l’objet de simulation devant tout le monde, afin que l’on s’assure de sa fiabilité. Un des derniers points d’achoppement est celui des bulletins. Plusieurs voix dans l’opposition voudraient qu’ils soient uniques. Cela permettrait d’éviter des situations où on achète des voix au moment du vote, et en plus le secret de l’isoloir du vote est mieux protégé ainsi indique-t-on dans la société civile et l’opposition. ELECAM indique avoir reçu favorablement toutes ces suggestions. Nous sommes d’accord de dialoguer avec les autres, a fait savoir Samuel Fonkam Azu’u soulignant l’importance du dialogue.


www.ko.org.za)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé