Politique › Institutionnel

Projet de loi de finances: plus de 4000 milliards de F en 2016!

Le sujet était au menu d’un Conseil de Cabinet présidé jeudi à Yaoundé par le Premier ministre camerounais, Philemon Yang. L’intégralité du communiqué de presse publié à l’issue des travaux

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Monsieur Philemon Yang, a présidé un Conseil de Cabinet ce jeudi 29 octobre 2015 à partir de 9h dans la salle des conseils de l’immeuble abritant ses Services. Y prenaient part les ministres d’Etat, les ministres, les ministres délégués ainsi que les secrétaires d’Etat.

Les travaux, consacrés au projet de loi de finances, ont donné lieu à deux exposés: l’un par le ministre des Finances sur «les perspectives budgétaires 2016-2018 et les grandes lignes du projet de loi de finances pour l’exercice 2016» et l’autre par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire sur «la stratégie d’exécution des investissements publics en 2016».

En prélude à ces présentations, le Premier ministre a délivré une importante communication axée sur les principaux défis du gouvernement au lendemain du réajustement du 2 octobre 2015. Il a appelé l’équipe gouvernementale à plus d’efficacité et de détermination dans l’exécution de ses missions, avant de donner des directives visant à résorber les déficiences identifiées par le président de la République lors du dernier Conseil ministériel.

Des préconisations spécifiques ont également été faites au sujet des feuilles de route ministérielles pour l’exercice 2016. Evoquant plus particulièrement la mise en uvre du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance économique et la préparation des Coupes d’Afrique des Nations de football féminine de 2016 et masculine de 2019, le chef du gouvernement a prescrit plus de célérité dans l’exécution des chantiers.

Relativement au fonctionnement des services publics, le Premier ministre a demandé aux chefs de département ministériel de renforcer la mise en uvre des mesures de lutte contre la corruption, d’améliorer les conditions de fourniture des prestations aux usagers ainsi que la qualité de la dépense. Cette dernière mesure devra se traduire notamment par une diminution significative du nombre et de la taille des missions à l’étranger.

Il les a en outre invités au respect scrupuleux de la directive permanente du président de la République leur prescrivant de «veiller à ce que les fonctionnaires placés sous leur autorité et admis à faire valoir leurs droit à la retraite, libèrent effectivement à temps le service».

La parole est ensuite revenue au ministre des Finances pour la présentation de son exposé. Il en ressort que l’avant-projet de budget pour l’exercice 2016, qui sera soumis à l’arbitrage du président de la République, s’équilibrerait en recettes et en dépenses à 4 249,8 milliards de F contre 3 746,6 milliards de F dans la loi de finances initiale en 2015.

Ce budget visera non seulement à financer les charges de fonctionnement courant de l’Etat, mais surtout à garantir le parachèvement des projets structurants de première génération et ceux inscrits dans le plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance, ainsi que la construction des infrastructures nécessaires à la tenue des Coupes d’Afrique des Nations de football 2016 et 2019.

Par ailleurs, un volant de ressources sera consacré à la mise en uvre des objectifs de développement durable (ODD) concomitamment au lancement des projets structurants de deuxième génération. Le ministre des Finances a préconisé un renforcement de la discipline budgétaire, la maîtrise du fichier solde et de la masse salariale, la réduction des dépenses fiscales, l’encadrement rigoureux des subventions et des transferts, gage d’une exécution satisfaisante du budget pour l’exercice 2016.

Les travaux se sont poursuivis avec l’exposé du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire sur la stratégie d’exécution des investissements publics pour l’exercice 2016. Les mesures envisagées à cet effet comprennent le renforcement de l’appropriation des procédures par les maîtres d’ouvrage, l’amélioration des dispositifs de suivi, le raccourcissement des procédures de passation des marchés et le déploiement du contrôle de gestion auprès des responsables chargés du pilotage des programmes.

Le ministre chargé de l’économie a également suggéré une meilleure prise en charge des investissements de moins de cinq millions de F, exécutés par bon de commande et la constitution d’une banque des données des projets abandonnés, non achevés ou mal exécutés afin d’assurer le financement prioritaire de ces projets dans les budgets futurs, après la levée des contraintes ayant conduit à la mauvaise exécution constatée.

Au terme des échanges qui ont suivi les exposés, et en attendant les derniers arbitrages du président de la République sur le projet de loi de finances pour l’exercice 2016, le chef du gouvernement a donné des directives pour une participation efficace des membres du gouvernement à la session budgétaire au Parlement et la bonne exécution du budget de l’Etat dès janvier 2016. Le Conseil s’est achevé à 11h15mn.

Yaoundé, le 29 octobre 2015.
Le secrétaire général des Services du Premier ministre,
(é) Séraphin Magloire FoudaCalque.

Les services de la Primature du Cameroun.
Droits réservés)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé