Politique › Institutionnel

Projet minier Mbalam-Nabeba: Louis-Paul Motaze rencontre Sassou Nguesso

Le secrétaire général des services du Premier ministre été reçu en audience lundi par le président congolais, pour les projets miniers à mutualiser entre les deux pays

Le secrétaire général des Services du Premier ministre, Louis-Paul Motaze, a été reçu en audience lundi, 18 août 2014, par le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, au Palais du peuple de Brazzaville. Louis Paul Motaze, qui assure la présidence du Conseil stratégique de négociation et de suivi des projets miniers structurants au Cameroun, a indiqué que son pays accorde une importance considérable au projet commun lié à l’exploitation du fer à la frontière du Cameroun et du Congo. Au Cameroun la zone est appelée « Mbalam » alors qu’au Congo, il s’agit de « Nabeba ». Ces deux projets sont pilotés par la firme australienne Sundance Resources. Sur le plan local, des sociétés de droit national opèrent pour cet investisseur. Au Cameroun, il s’agit de Cam Iron ; et de Congo Iron au Congo.

On se rappelle que c’est le 27 septembre 2012 que les projets miniers du Congo Brazaville et du Cameroun, exploités par Sundance Resources, ont été mutualisés. Les réserves du minerai camerounais sont riches en silice tandis que celui de Nabeba est plutôt riche en aluminium.

Le ministre camerounais a expliqué l’avantage pour les deux pays de développer ce projet commun qui, selon lui, a un caractère intégrateur. À ce titre, il impulsera le développement du secteur minier au niveau des deux pays. Ce projet, a-t-il dit, sera à l’image de la route Sangmelima-Ouesso, un autre projet porté fortement par les présidents Denis Sassou N’Guesso et Paul Biya. Les deux personnalités ont également échangé sur le barrage hydroélectrique de Cholet qui a une capacité de production d’environ 600 mégawatts. Ce projet, a dit Louis Paul Motaze, va beaucoup apporter à l’économie des deux pays.

Ce sont des projets pour lesquels les deux pays ont un avantage majeur dans ce sens que les différents bailleurs de fonds multilatéraux en sont beaucoup attirés parce que ceux-ci sont intégrateurs.

Le fer camerounais est riche en silice tandis que le fer congolais est riche en aluminium
droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé