Eco et Business › Finance

Projets routiers : le gouvernement camerounais reconnait qu’ils coûtent plus chers

Emmanuel Nganou Djoumessi, le ministre des Travaux publics.

Des écarts en milliards de FCFA enregistrés entre le coût prévisionnel et le coût du projet réalisé.

Le coût prévisionnel pour la réalisation de la pénétrante Est (phase I) de la ville de Douala a été estimé à 47 milliards FCFA. Au finish, ce seront près de 70 milliards FCFA qui ont été consommés pour bitumer 10 km (3×2 voies) de route de cette infrastructure livrée en 2016. Soit un écart de plus de 13 milliards FCFA entre le budget prévisionnel et le coût de réalisation.

Pour l’entrée Ouest de la ville, soit 13 km 3×2 voies, le gouvernement camerounais a débloqué plus de 54 milliards FCFA. In fine, près de 60 milliards ont été consommés sur le projet, soit un surplus de plus de 5 milliards FCFA. Quant à la route Maki-pont de la Mape, plus de 7 milliards FCFA de dépassement budgétaire ont été enregistrés.

Ces chiffres sont du ministère camerounais des Travaux publics, dont les responsables en conclave annuel à Yaoundé les 21 et 22 janvier 2019, ont planché sur la « maîtrise des coûts de construction routière au Cameroun ». L’objectif étant de « maîtriser les coûts  des projets de construction routière ».

Dans un rapport rendu public fin 2019, la Banque mondiale s’émeut du coût des grands projets d’infrastructures au Cameroun, jugés 2 à 6 fois plus chers que dans d’autres pays africains de niveau comparable.

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé