Personnalités › Jeunes talents

Ralain Nganmo Nounjio: Ingénieur du son, artiste multidisciplinaire

Son application et son talent font de lui l’un des techniciens les plus sollicités du moment au Cameroun

Rass pour les intimes, Ralain Nganmo Nounjio est né dans les hauts plateaux de l’ouest Cameroun. L’univers de son enfance est ponctué par la musique, grâce à sa mère chanteuse, mais aussi grâce aux événements et rituels de son village qui l’a vu grandir. Très tôt, il suit ses impulsions musicales et se met à pratiquer en autodidacte des instruments de musiques traditionnelles et plus tard modernes. Artiste pluridimensionnel, Rass est un touche à tout. Après des études théoriques à la Faculté des Arts et spectacles de l’Université de Yaoundé 1, il va suivre une formation pratique au CFPA (Centre de Formation Professionnelle en métiers de l’Audiovisuel) de Yaoundé au Cameroun d’où il sortira avec un diplôme d’ingénieur de son. Compté aujourd’hui parmi les pionniers de la MAO (Musique assistée par Ordinateur) à Yaoundé, ce canal d’expression lui a permis de créer des fusions entre de nombreuses musiques traditionnelles du pays et des musiques d’ailleurs. Son studio de musique, Satec Record est le laboratoire où il s’exerce, crée et produit de nombreux musiciens du Cameroun et d’ailleurs (Liyah en Espagne; Daza Love en RCA; LPA, Suisse;.)

Rass a à son actif de nombreuses collaborations avec des artistes venant des horizons divers (Xumo, Christian Leroy, Gino Sitson, Brice Wassy, Martin Koum’s, Moïse Bakam Brice, etc.) Musicien pluridisciplinaire, il met ses compositions au service des arts de la scène et du cinéma. Il est l’auteur de plusieurs musiques de films («Confidences» de Cyrille Masso ; «Blessures inguérissables» de Hélène Eba ; «Sentence criminelle» de Prince Dubois Onana ; «La dame du quatrième» de François Woukouache ; «Rape» de Naah Joyce etc.) En Janvier 2011, il collabore avec le compositeur Belge Christian Leroy dans un atelier de création de musique de films et ensemble, ils font le premier ciné concert sur le territoire national sur les films muets occultes «Nanouk l’esquimau» de Robert Flaherty (1922) et «Le Dernier des hommes» de W F Murnau (1924) dans le cadre du FIFMI (festival International du Film Mixte) de Ngaoundéré.

Toujours au titre de ses prouesses dans le domaine de la prise de son, il y a l’hymne du Yaoundé university music (YUM) réalisé en 2000. Dans le domaine de la Prise de Son, il y a «Concessions» de Toussaint Eyango (2008), «La dame» du 4e étage de François de Woukouache (2008), «Sawa», Documentaire de Martin Ngengou (2008); «Riskou», Documentaire d’Arice Siapi (2007), «L’as de pic», Fiction de 13mn de H. Tada’a (2006) ; «Les Oreilles», fictions de 13 mn de Gilbert Babena (7 Jours pour un film) ; Acajou Films 2009. Ralain s’exerce également dans la Sonorisation de concerts (Orchestres, Chorales), lors des cérémonies et des conférences. Encadreur vacataire à «l’unité de prise de son» au CFPA-CRTV, toujours en mode création, Rass Nganmo passe le plus de son temps dans son laboratoire «Satec Records» où il concocte de nouveaux sons pour de nouveaux groupe. Et l’aventure continue avec le groupe Salaam du nord Cameroun qui commettra son premier album sous le label Satec Records dans les mois à venir. Habitué au travail sous pression, Ralain est aussi un habitué du travail en équipe et partisan de l’interaction socioprofessionnelle. Son passe-temps, la musique, le cinéma, la radio et la lecture. Ses objectifs: Perfectionner ses recherches et ses connaissances dans les domaines de l’audiovisuel et de la musique, posséder une expérience dynamique et évolutive.

Ralain Nganmo Nounjio, ingénieur du son, artsite multidisciplinaire
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé