Société › Société

Ramadan 2012 au Cameroun: Célébration pour un islam de tolérance

Dans les différents points de prière, les guides spirituels ont dans l’ensemble eu un sermon invitant le musulman à conserver les valeurs de justice

Pour les milliers de musulmans du Cameroun, dimanche 19 août 2012 a été jour de fête de fin de Ramadan, période de la région islamique durant laquelle les fidèles se soumettent à des contraintes de jeûnes et de plus de prières. L’imam de la mosquée centrale de Yaoundé dans le quartier de Tsinga, la plus grande du pays, a rappelé le devoir de tolérance, de miséricorde et de pardon qu’impose l’Islam. « L’islam est aujourd’hui associé à de nombreux drames, or Dieu le très grand à travers les enseignements de ses prophètes, nous invite à être miséricordieux. Le jeûne qui s’achève doit vous permettre de poursuivre cette mission de paix et de miséricorde », a indiqué en substance le guide spirituel, venu spécialement d’Arabie Saoudite. Autre point de prière, message analogue, c’était dans le champ de prière de circonstance au quartier omnisport. « Durant le jeûne qui vient de s’achever vous avez développé plus d’actes de piété, ne les perdez pas. Continuez de respecter la parole du Dieu unique, parole de paix, de pardon et de tolérance », indiquera pour sa part le Modibo, dans son homélie. Le guide spirituel de l’esplanade de l’hôtel de ville est revenu sur le mérite du mois sacré qui vient de s’achever. « Aujourd’hui, si vous avez observé sincèrement le jeûne, Dieu le très grand vous a pardonné tous vos pêchés, à condition que vous n’y retombiez plus. De plus n’oubliez pas de vous livrer à des actes de jeûne supplémentaire, il y a là un grand bénéfice pour vous auprès de Dieu », a-t-il indiqué

Un message qui a été bien reçu par de nombreux fidèles. « Le Ramadan est fini c’est vrai, mais ce n’est pas la fin de l’adoration. Pour ma part je sais que je dois continuer de faire mes prières, de faire preuve de générosité envers le pauvre, et de craindre le Dieu tout puissant », explique Rahzak Abdoul, un jeune musulman venu pour la prière à Tsinga. Les femmes étaient aussi nombreuses dans les mosquées. « C’est en fait une recommandation du prophète Mahomet. La prière de fin de Ramadan est tellement importante que même les femmes qui sont dans une période de menstruation sont exceptionnellement autorisées à s’approcher des lieux de prières », explique El Hadj Abdallah, imam d’une petite mosquée dans le quartier Obili à Yaoundé. Chose rare pour être relevé, le jour de fin de ramadan chez les musulmans est tombé un dimanche, jour de messe pour les différentes communautés chrétiennes. Dans les rues de la capitale camerounaise, on pouvait ainsi voir marcher ensemble des adeptes du Christianisme et ceux de l’Islam, marcher tous à la recherche de la protection divine, signe de l’effectivité de la tolérance des religions au Cameroun. Les célébrations se sont achevées pour de nombreux musulmans dans les maisons où les réjouissances se sont poursuivies, autour d’un repas préparé selon les bourses des uns des autres. Les chrétiens n’étaient pas en reste. Invités de choix lors des célébrations religieuses, ils n’ont pas manqué cette occasion de plus de goûter au mouton ou à la sauce de b uf. Le prochain rendez-vous sera celui de la fête du mouton, dans un peu moins de trois mois.

Quelques scènes de prière, le 19 août 2012 au Cameroun
Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé