› International

RCA: Le Bureau de la Coordination de l’aide humanitaire des Nations Unies prévoit une crise humanitaire

Signe des temps, certains employés des Nations Unis ont été transférés au Cameroun

Depuis décembre 2012, 173 000 personnes environ ont été déplacées à l’intérieur du pays, tandis que plus de 32.000 autres ont fui en République démocratique du Congo (RDC), au Cameroun et au Tchad. L’insécurité régnante entrave les efforts humanitaires et l’acheminement de l’aide, notamment médicale. De nombreux blessés ont été faits par les derniers combats à Bangui et évacués vers les hôpitaux les plus proches, qui peinent cependant à gérer ces arrivées massives, une prise en charge encore compliquée par les fréquentes coupures d’électricité et le manque d’articles et d’équipements médicaux. Joint à Bangui au téléphone par Xinhua, le coordonnateur par intérim de l’action humanitaire sur place, le Dr. Zakaria Maiga, confiait ce matin au Centre d’actualités de l’ONU que la plus grande confusion règne actuellement à Bangui : « Des pillages généralisés sont commis non seulement par des membres de la Séléka, mais aussi par d’anciens soldats de l’armée centrafricaine régulière et des civils en uniforme qui se font passer pour des militaires. »

L’un des principaux défis auxquels la République centrafricaine fait face sur la durée est, selon M. Maiga, celui de l’insécurité alimentaire. Ses manifestations sont déjà visibles dans le nord et le centre du pays, où plus de 80 000 personnes risquent d’y être exposées pendant la prochaine saison creuse, tandis que 13.500 autres sont menacées de malnutrition aigüe sévère.

Le 26 mars, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) avait évalué à 600 000 le nombre d’enfants touchés par le conflit et à 166 000 celui des enfants actuellement privés d’éducation en République centrafricaine. Le 18 mars, l’ONU et le gouvernement centrafricain avaient lancé un appel humanitaire d’un montant de 129 millions de dollars pour 2013. Il n’a jusqu’à présent été financé qu’à hauteur de 18%, nous a précisé le Dr. Maiga. Une révision est en cours afin de refléter les besoins supplémentaires générés par l’aggravation récente de la crise.


À LA UNE
Retour en haut