International › APA

RCA : un chercheur prône la gestion des chenilles légionnaires du maïs

Le directeur général de l’Institut Centrafricain de la Recherche Agronomique (ICRA), Ernest Gothard-Bassébé, a prôné jeudi à Bangui, la gestion des chenilles légionnaires d’automne du maïs.« La particularité de ces chenilles, selon le directeur général de l’ICRA, c’est que très tôt les œufs des papillons qui deviennent chenilles commencent à s’attaquer au cœur des jeunes plants et au moment où l’agriculteur découvre les chenilles, c’est déjà trop tard. Pour juguler cette pandémie des chenilles légionnaires, la RCA devrait s’inspirer de l’expérience des pays qui ont connu la légionnaire d’automne du maïs ».

Ernest Gothard-Bassébé lançait le processus de mise en place d’une équipe de facilitateurs dotés de notions claires et de messages compréhensibles pour les agriculteurs à travers le Champ École Paysan (CEP) pour lutter contre la présence de chenilles légionnaires d’automne du maïs qui sévissent sur toute l’étendue du territoire national. 

Le Fonds des Nations pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), associé à ce processus a expliqué que la chenille légionnaire d’automne ou noctuelle du maïs a été récemment introduite par les Américains et continue de se propager à travers l’Afrique et touche des millions de petits producteurs de maïs.

Ces chenilles légionnaires  s’attaquent au maïs et peuvent se nourrir de plus de 80 espèces de plantes, entre autres, le riz, le sorgho, le millet, la canne à sucre, le coton, le sésame.

« C’est pourquoi, cette  campagne d’information et de formation de grande envergure vise les agriculteurs et assure une promotion des mesures de lutte qui se sont avérées efficaces contre les infestations des  chenilles légionnaires à ailleurs », a expliqué Ernest Gothard-Bassébé, Dg de l’ICRA.

 L’approche de Champ École Paysan(CEP) instituée par l’Institut Centrafricain de la Recherche Agronomique (ICRA) en collaboration  avec  d’autres cadres,  techniciens, facilitateurs, et agriculteurs permet d’abandonner les pesticides considérés comme très dangereux pour lutter contre ces bêtes.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé