Politique › Institutionnel

RDPC an 26: Une célébration aux allures de campagne de mobilisation

Le Rdpc célébrait jeudi son 26ème anniversaire, une journée presqu’ordinaire pour des millions de camerounais

Satisfactions et congratulations mutuelles
Jeudi 24 mars, le rassemblement démocratique de peuple camerounais (RDPC), a célébré son 26ème anniversaire d’existence. Une célébration marquée par de nombreuses manifestations publiques à travers tout le pays. Pour les cadres de ce parti, il s’agissait d’un moment de mobilisation de ses membres derrière les idéaux du parti, mais aussi derrière Paul Biya, son président national et chef de l’Etat. La célébration aura aussi été marquée par une grosse campagne d’intensification des inscriptions sur les listes électorales. Notre parti entend célébrer son 26ème anniversaire sous le signe de la sérénité et de la confiance en l’avenir du Cameroun, un pays que le président Paul Biya entreprend de bâtir avec patience et détermination, dans la paix et l’unité de tous les Camerounais. Au total, ce 26ème anniversaire est placé sous le signe de l’engagement et de la volonté des militants et des responsables du RDPC à relever ensemble tous les défis de l’heure a fait savoir René Sadi, secrétaire général de ce parti lors d’une interview accordée aux médias officiels. Dans la journée de jeudi, plusieurs manifestations ont été organisées dans la ville de Yaoundé. Marches sportives et surtout le soir méga concert au palais des congrès de Yaoundé. Ce vendredi, la radio nationale a consacré tout le magazine des provinces à cette célébration. Les différentes interventions font globalement état de grande satisfaction et de remerciement à l’endroit du président Biya. Sur le bilan du parti, le secrétaire général du RDPC parle d’un résultat élogieux. Après 26 ans d’un parcours jonché d’embûches. le RDPC n’a cessé de faire face à des tentatives de déstabilisation de toutes sortes. Il a parfois plié, mais, jamais, il n’a rompu a commenté René Sadi.

Pour un parcours au résultat toujours mitigé
Pourtant des observateurs avertis ne partagent pas le même enthousiasme, et avec eux des millions de camerounais. Aujourd’hui, on peut effectivement concéder au rang des acquis du RDPC, l’aboutissement du projet de construction nationale. Mais sur le plan socio-économique, plusieurs axes d’interventions se sont soldés par des échecs. Parmi les jeunes le chômage et les inégalités, s’accroissent. Le lancement il y a quelque temps d’un recrutement spécial de 25 000 jeunes diplômés a permis de voir toute l’ampleur du problème. L’économie est tirée en arrière par la corruption et l’inertie, et la population a peu bénéficié de la croissance économique principalement issue de l’exploitation des ressources naturelles du pays. Sur le plan du dialogue social, les cadres du parti ont conservé les vieux réflexes conservateurs, en méconnaissance des expériences et attentes d’une population jeune, qui eux ont évolué. L’opposition politique est affaiblie par des divisions internes et l’érosion de l’espace démocratique, ce qui limite les possibilités d’exprimer un mécontentement légitime. Sur son chemin le parti a réussi à transformer beaucoup de ses adversaires en partenaire, et en est fier. Pourtant, des experts pensent que si la situation apparait stable pour le moment, elle n’est pas de bon augure pour le futur, lorsque le dénominateur commun des membres du RDPC ne sera plus là, à savoir Paul Biya. Le Cameroun en cela partage un certain nombre de caractéristiques avec des pays qui ont connu un conflit civil, dont notamment des instances dirigeantes hautement centralisées et personnalisées, une manipulation politique de toute la vie sociale et une corruption étendue.

Le RDPC, parti au pouvoir, a 26 ans
journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé