› Politique

Résultats des sénatoriales 2018 : l’écrasante victoire du RDPC

(C) Droits réservés

Le parti au pouvoir a été désigné vainqueur dans 9 régions sur 10, pour un total de 63 sièges sur 70.

Le Conseil constitutionnel a livré ce jeudi, le verdict des élections sénatoriales du 25 mars dernier. Sans surprise, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a raflé 90% des places en compétition. Un score en nette amélioration par rapport à l’élection de 2013, année au cours de laquelle ce parti n’avait obtenu que 56 des 70 sièges en jeu.

Les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua dans la poche

Le succès du Rdpc a été renforcé par les victoires dans les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua. Ces deux régions  avaient voté pour le SDF en 2013, en raison de la disqualification des listes du parti des flammes. Des « erreurs » que le Rdpc n’entendait plus répéter. « Nous avons appris nos leçons. Nous sommes mieux préparés aujourd’hui« , affirmait, confiant, Gregoire Owona le Secrétaire général adjoint dudit parti, lors du dépôt des candidatures auprès d’Elecam en février dernier.

Malgré cette assurance, le Rdpc a dû batailler auprès du Conseil constitutionnel pour faire valider sa liste dans la région de l’Ouest, après qu’un recours pré-électoral y ait été déposé par un des candidats du SDF. En cause, l’identité du candidat N°7 de ladite liste, dont le nom aurait changé lors de la publication des listes par Elecam. Après plusieurs heures de débat, le Conseil constitutionnel a demandé au Rdpc de présenter le candidat querellé à la barre, avant de débouter le SDF au final. C’est ainsi que le parti a pu compétir dans la région de l’Ouest, où il a obtenu un score fleuve de 80,29%.

Défaite dans le Nord-Ouest 

La large victoire du Rdpc a cependant trouvé un obstacle sur son chemin. Dans la région du Nord-Ouest, le SDF a remporté les 7 sièges jadis détenus par des élus du Rdpc. Dans cette région en proie à la crise anglophone et sujette aux actions des militants de la cause sécessionniste, le Rdpc avait pourtant des raisons d’y croire ; étant donné qu’il y possède non seulement la majorité des membres du collège électoral, mais aussi à cause de la circulaire du président national Paul Biya qui a clairement instruit à tous ses conseillers municipaux de voter pour les candidats de leur parti.

Mais cela n’a pas suffit au Rdpc, qui a perdu dans 3 des 7 départements que compte le Nord-Ouest. Au sein du parti, la thèse d’une fronde des militants du Nord-Ouest est rapidement balayée. « Nous sommes en République, il y a des libertés, il faut savoir apprécier le travail de tout le monde. Le SDF a travaillé, il faut l’apprécier à sa juste valeur. Je ne pense pas qu’il y a des dissensions. Les militants du Rdpc sont les militants rassembleurs, dans le Nord-Ouest, je pense qu’ils sont heureux que le Rdpc a gagné, mais ils sont aussi heureux que d’autres partis en compétition ont eu des sièges« , explique Elvis Ngolle Ngolle.

 40 sénateurs reconduits dans leurs fonctions

16 sénateurs RDPC de la mandature qui s’achève devront quitter la chambre haute du Parlement s’ils ne sont pas reconduits par nomination du président de la République. Les 40 autres, quant à eux, sont désormais assurés d’être à leurs postes jusqu’en 2023. Il s’agit principalement des élus de la région de l’Est dont la liste a été reconduite à 100%; et ceux du Centre, du Nord et de l’Extrême-Nord, dont les listes ont été reconduites à 86%.

Plusieurs sénateurs feront leur premier pas au parlement. Il s’agit notamment de l’opérateur économique Sylvestre Ngouchingue dit « Congelcam », et de Jean David Bile, ancien directeur général de la défunte Aes Sonel. La liste complète des sénateurs sera connue sous dix jours, délai donné par la Constitution au président de la République pour nommer les 30 sénateurs qui accompagneront les 70 élus.

 


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé