Opinions › Tribune

Réaction du RACE à propos du rapport sur les fraudes publié par le ministère du commerce

« Gaz domestique au Cameroun: spoliation des consommateurs par des marketers-brigands »

Depuis quelques jours, la presse nationale publie des informations graves concernant la filière du gaz à usage domestique au Cameroun.

En effet, un rapport de contrôle émanant des Services du Ministère du Commerce et rendu public le 28 janvier 2010, révèle que la Société Camerounaise de Transformation Métallique (SCTM) et AZA AFRIGAZ se seraient rendus coupables de forfaiture et de fraude sur les consommateurs domestiques de gaz.

A coups d’astuces mesquines et de tricherie sur les quantités de gaz, notamment les bonbonnes de 12,5 kg, ces marketers-brigands ont réussi en 2009, à extorquer près de deux (02) milliards de FCFA aux consommateurs, avec la complicité active de la Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers (SCDP), pourtant un acteur institutionnel majeur de la filière.

Le succès de cette opération conjointe du MinCommerce et de la CSPH, est la preuve que la puissance publique peut agir efficacement contre les fraudeurs lorsqu’elle le veut. Malheureusement, nous sommes convaincus que ces résultats forts éloquents ne représentent que la partie visible de l’iceberg des innombrables malversations imputables aux opérateurs exerçant en amont et en aval dans cette filière.

Depuis sa création, le Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie (RACE) se fait l’écho des préoccupations des usagers du gaz domestique, qui ont le sentiment d’être pris en otage par ces opérateurs véreux, notamment durant les périodes de grande consommation telles que les fêtes de fin d’année. Durant ces moments, preuve est aujourd’hui établie que ces mêmes marketers organisent la spéculation sur le gaz, occasionnant une flambée des prix au détriment des consommateurs.

Pour mettre fin à ce brigandage et en finir avec ces pratiques scélérates récurrentes, il serait judicieux et impératif de rendre systématique les contrôles techniques sur les prestations liées au gaz domestique et imposer par arrêté ministériel, la présence de représentants des pouvoirs publics et des usagers dans toutes les entreprises de la filière. Ces personnes pourraient avoir pour mission de vérifier la conformité de la mise en bouteille du gaz destiné au marché local.

Quoi qu’il en soit, le Ministère du Commerce et la Caisse de Stabilisation des produits Pétroliers (CSPH) doivent faire toute la lumière sur cette affaire et rendre public :

1- Les volumes réels des amendes et pénalités que doivent payer ces fraudeurs,
2- Les mesures qui ont été prises pour lutter contre ce phénomène et sécuriser l’approvisionnement,
3- Et enfin, ils doivent clairement communiquer sur les formes que prendront les compensations dues aux consommateurs consécutives aux amendes et pénalités qui seront perçues.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé