Dossiers › Focus

Réactions eau potable

Quel est l’impact des mauvaises conditions d’approvisionnement en eau potable sur votre vie?

En cas de coupures (qui interviennent tous les jours entre 16h et 20 h), nous sommes obligés d’aller au puits. Seulement, l’unique puits de notre quartier (Damase) tarit aussi parfois. Dans ce cas, nous sommes obligés d’attendre que l’eau revienne dans les robinets. Mais lorsqu’elle revient, elle est toujours sale. C’est pourquoi je suis obligée de la filtrer avant de la consommer.

Alliance Ndogmo, étudiante

Journal du Cameroun)/n

Chez nous à Biyem Assi, les coupures d’eau sont matinales et quotidiennes. Le matin, l’eau part et ne revient que vers midi. Pour y palier, nous faisons des réserves avant de nous coucher tous les soirs. Et cette eau, elle n’est pas tout à fait claire. Mais nous sommes obligés de la consommer. Mais pour les enfants, c’est l’eau minérale.

Laurette, ménagère

Journal du Cameroun)/n

Les coupures d’eau sont fréquentes dans mon quartier. En cas de coupure, nous nous en referons aux réserves. Mais, ces coupures sont imprévisibles. C’est pourquoi il arrive que nous n’ayons pas d’eau conservée à la maison. Nous sommes de ce fait obligés d’aller à la source. Et lorsque les enfants sont malades, difficile de savoir si la cause provient de la Camerounaise des eaux ou de la source. Les enfants ont souvent des vers, des amibes, de la diarrhée. Et cela suit toujours des périodes de coupure.

Menegue flore, apicultrice

Journal du Cameroun)/n

Je m’approvisionne en eau potable dans mon quartier (Mokolo) dans les sources et les forages, parce que l’eau de la camerounaise des eaux n’est pas claire, ni potable. Il y est communément admis que cette eau sert à faire les travaux ménagers. Parce que chaque fois que j’ai bu cette eau, j’ai eu des maux de ventre.

Mohamed Ousman, commerçant

Journal du Cameroun)/n

À LA UNE
Retour en haut