Opinions › Tribune

Recommandations au président de la République sur la crise dans le Grand Nord

Par Kah Walla, Présidente du Cameroon People’s Party (CPP)

La situation holistique et complète
En tant que peuple, nous avons le devoir d’être exigeants envers nos dirigeants et nous avons le devoir de soutenir la stratégie nécessaire pour gagner cette guerre. Tel que le CPP n’a cessé d’insister au cours des deux dernières années, la stratégie gagnante se doit d’être holistique et complète. Elle doit comprendre des volets militaire, diplomatique, humanitaire et de développement économique.

I. La Stratégie Militaire
Constituer une Force Régionale Mixte
Les mesures prises jusqu’ici dans le sens d’une approche régionale de la stratégie militaire sont encourageants. Nous devons toutefois procéder avec prudence et être extrêmement méticuleux et stratégique afin de s’assurer que toutes les forces régionales: . Travaillent sous la direction incontestée du Cameroun dans un commandement conjoint
. Intègrent plusieurs pays de la région, afin d’éviter tout soupçon ou toute tentation d’ascendance d’un pays
. Respectent sans équivoque les droits humains des populations vivant là où les troupes sont engagées

La Coordination
Tout en prenant la direction d’une force régionale commune, nous devons consolider l’unité, l’orientation stratégique et la synergie entre les différentes unités de nos propres forces armées.

Équipement, Formation et Ravitaillement des Troupes
L’équipement, la formation et le ravitaillement doivent être assurés à nos troupes. Au sein des forces armées camerounaises, cela signifie que toutes les unités des forces armées doivent être fournies de manière équitable. Aucune force, ni aucun soldat, ne devrait se sentir inférieur ou sous-équipé alors qu’il se bat aux côtés d’un autre. Nous devons certainement assurer que les soldats camerounais ont l’équipement et la formation requise vis-à-vis de ceux des autres pays.

II. La Coopération Régionale, Continentale et Internationale
L’équation Nigériane
L’équation Nigériane doit être résolue. La coopération entre le Cameroun et le Nigeria est inefficace à ce jour. Compte tenu des ressources financières et militaires du Nigeria, sa réponse à cette menace à ce jour reste insuffisante et inacceptable.
Le Cameroun ne doit ménager aucun effort diplomatique aux niveaux bilatéral, continental et international pour s’assurer que le Nigéria améliore considérablement sa réponse à cette crise. Pour accélérer la victoire contre l’ennemi et assurer une paix durable, l’implication efficiente du Nigeria est nécessaire.

La Coopération Internationale
Le commandement conjoint doit évaluer ses forces et ses faiblesses objectivement et demander à d’autres pays l’assistance dont il a besoin pour gagner cette guerre, notamment, en ce qui concerne l’intelligence et la formation. Notre sous-région profiterait certainement de ceux qui ont l’expérience dans la lutte contre le terrorisme.

III. La Stratégie Humanitaire
La crise humanitaire dans notre pays est énorme et sans précédent. Plus de 230 000 réfugiés résident actuellement au Cameroun. La majorité de près de 200 000 réfugiés centrafricains sont dans les régions de l’Adamaoua et de l’Est, tandis que près de 15 000 réfugiés nigérians sont dans la région de l’Extrême-Nord. Les statistiques relatives aux réfugiés sont claires, car le Haut-Commissariat des Réfugiés a mis en place les systèmes et la logistique pour cela.
Les statistiques concernant nos propres compatriotes, les Camerounais qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance sont moins claires. Nos citoyens du Logone et Chari, du Mayo Sava et du Mayo Tsanaga sont aujourd’hui des personnes déplacées à l’intérieur du pays. Le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural annonce un déficit de céréales de 132 000 tonnes dans la région de l’Extrême-Nord. Si le gouvernement ne prend pas des mesures adéquates le plus rapidement possible, les victimes des attaques violentes vont redevenir des victimes de manque d’assistance. Après avoir échappé à la mort par la violence des armes, nous allons les mettre à risque de mourir de faim en raison de la mauvaise gestion.

Ce n’est qu’une partie du problème humanitaire:
. Les enfants ne sont pas scolarisés
. Les familles et les communautés sont traumatisées
. Les gens ont besoin de soins de santé
. Les communautés d’accueil ont besoin d’apprendre à vivre avec les réfugiés,
. Etc.

Il est impératif que pendant que nos forces armées font de leur mieux pour protéger nos vies, les autres secteurs du gouvernement tels que le MINADER, MINSANTE, MINESEC, etc., s’impliquent avec des stratégies claires pour permettre aux Camerounais qui sont le plus gravement affectés par ce conflit de reconstruire leur vie.

IV. Stratégie de Développement Economique et Social
Il est incontestable que la pauvreté, la marginalisation politique, la stagnation sociale et la mauvaise gouvernance au Nigeria et au Cameroun sont les éléments qui ont permis au mal de l’extrémisme de prendre racine dans nos pays et d’étendre son cancer.
Pour permettre aux populations d’éradiquer ce cancer et de mettre en place une paix durable, une stratégie qui crée des infrastructures, crée des emplois et renforce l’activité économique est indispensable.

Il est donc nécessaire de:
. Restructurer et réinvestir dans les grandes entreprises du Grand Nord telles que SEMRY et SODECOTON.
. Investir dans les infrastructures, ce qui envoie à tous un message fort de la présence et du contrôle de l’État dans la région. Cela comprend: la construction de routes, ponts, digues, barrages, etc. Cela va créer des emplois et donner un rythme soutenu à l’activité économique.
. Soutenir les principales chaînes de valeur pour les PME de la région telles que: Oignons, Pêche, Riz, Transport et Commerce. Cela permettra de soutenir les jeunes entrepreneurs et les femmes entrepreneures leur permettant, à leur tour de créer des emplois et de la richesse pour la population locale.
. Investir dans le développement des ressources humaines. Les programmes de formation à grande échelle pour: l’alphabétisation des adultes, l’informatique, l’entreprenariat, etc. sont nécessaires pour fournir à cette région, qui a l’un des plus bas taux d’alphabétisation dans le pays, la puissance humaine nécessaire pour sortir son économie locale de cette crise.

Recommandations au Président de la République sur la crise dans le Grand Nord du Cameroun
Maintenant que nous avons défini une stratégie, comment allons-nous la mettre en uvre? Certains ont suggéré que parce que nous sommes en crise, nous devrions soutenir le chef d’Etat et le gouvernement à l’aveuglette.

Est-ce que cette crise signifie qu’il faille donner un chèque en blanc au Chef de l’Etat? La réponse est claire et retentissante : NON !!!

Le CPP réitère avec fermeté que ce gouvernement n’a pas la compétence, l’efficacité et la capacité de fournir aux Camerounais des services de base de qualité. Ce serait folie de le laisser à ses prédispositions naturelles dans une telle situation de crise.

Nous devons donc en tant que citoyens faire trois choses au moins:
. Nous devons exiger des informations de notre gouvernement. Ce n’est pas leur guerre, c’est l’affaire de tous les camerounais. Nous sommes solidement avec les Camerounais de l’Extrême Nord. Nous et eux, avons le droit de savoir.
. Nous devons utiliser toute forme de pression non-violente pour nous assurer que les bonnes stratégies sont mises en uvre. Nous devons poser des questions, faire des propositions, écrire des pétitions et oui, faire des démonstrations afin de mettre un terme à cette guerre.
. Nous devons prendre des mesures à nos propres niveaux : personnels et collectifs. A un niveau très pratique nos compatriotes ont besoin de nourriture, de soins de santé, de conseils et des fournitures scolaires. Nous devons nous organiser pour satisfaire ces besoins à travers nos associations, les églises, les ONG nationales et internationales, et même à travers le gouvernement à la condition d’une assurance certaine de son efficacité à fournir des services à nos compatriotes affectés.

Au niveau du CPP, nous ne sommes pas en reste. Voici notre plan d’action.
Premièrement, nous envoyons présentement à notre gouvernement une liste de 12 recommandations. Nous aimerions que le maximum de Camerounais possible la signe avec nos militants.
Recommandations au Président de la République sur la crise dans le Grand Nord du Cameroun

1) Fournir l’information
. Quel est le nombre total de victimes du côté Camerounais? Combien de nos compatriotes sont pris en otage?
. Combien nous coûte la guerre et quelles sont les sources de financement?
. Quelle est la stratégie holistique détaillée? Quelles sont les mesures prises en ce qui concerne les composantes humanitaires et de développement économique (Objectifs, Actions, Chronogramme, Institutions gouvernementale responsable, etc.)
Pour soutenir quelque chose on doit la comprendre. Donnez-nous des informations précises, fiables et objectives.

2) Créer une synergie et un consensus national
. Consacrez la session de Mars de l’Assemblée Nationale à cette crise. En tant que Chef de l’Etat, allez vous adresser au Parlement. Présentez-y la situation et la stratégie.
. Rencontrez tous les acteurs clés: Les partis politiques de l’opposition, la société civile, les organisations traditionnelles et religieuses. Tenez une véritable séance de concertation et d’échanges, allez en profondeur pour construire le consensus nécessaire à la lutte contre cette guerre.
. Mettez en place un comité permanent des membres des partis politiques de l’opposition, de la société civile, d’organisations traditionnelles et religieuses ainsi que des représentants du gouvernement dans la région de l’Extrême Nord. Ce comité aidera à recueillir des informations auprès de la population, à analyser les décisions qui affecteront la population et à communiquer ces décisions à la population. Confiez la charge de la mise en place de ce comité à la société civile.

3) Prendre le leadership régional
. Tenez un sommet des chefs d’Etat au Cameroun parce que nos vies sont suffisamment importantes pour que nos chefs d’États se rencontrent, discutent et définissent des solutions communes à la crise.
. Prenez des précautions. La présence de soldats étrangers sur notre territoire comporte des risques. C’est au Cameroun de veiller à ce que:
. Le leadership et le contrôle de toute action militaire reste dans les mains camerounaises
. Nos propres forces armées ainsi que celles de tous les autres pays sur notre territoire respectent scrupuleusement les droits humains de tous les citoyens.

4) Rendre hommage
. Il est impératif qu’en tant que chef de l’Etat, vous vous rendiez dans l’Extrême Nord. Il vous revient de rassurer les familles victimes de cette guerre en ce qui concerne les stratégies mises en uvre pour assurer leur bien-être et leur avenir.
. Organiser une cérémonie nationale pour honorer ceux qui sont tombés sur le champ de bataille. Laissez la nation leur rendre hommage.
. Veiller à ce que les familles des soldats morts ou blessés bénéficient de toute l’assistance qui leur est due.

Cher Compatriote, ceci constitue notre liste d’exigences à l’attention du Président de la République. Nous vous saurions gré de vous joindre à nous pour la lui envoyer et en faire large diffusion.

Kah Walla, Présidente du Cameroon People’s Party
Facebook.com/kah.walla)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé