› Politique

Reconstruction du NoSo : le Cameroun sollicite des financements étrangers

Le gouvernement planche sur la reconstruction des régions anglophones (c) Droits réservés

Le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, a mobilisé jeudi les chefs des représentations diplomatiques étrangères autour de la question du financement de programme de reconstruction du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Le Cameroun sollicite l’aide de ses partenaires pour le financement du plan spécial de reconstruction et de relance des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en proie à une crise politico-sécuritaire. Lequel est élaboré en partenariat avec le bureau du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Cameroun.

Parmi les hôtes du Premier ministère jeudi, la France octroie un montant de 62 millions d’euros (soit 40 669 520 000 de Francs CFA) en faveur du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ces fonds constituent un reliquat à prélever sur des projets du Contrat de désendettement et de développement (C2D). « Il y’a d’autres instruments que nous sommes en train de lister qui permettront aussi d’apporter un appui à la reconstruction du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et en particulier d’améliorer les conditions de vie des populations », explique le ministre-conseiller de l’ambassade de France au Cameroun,  Philippe Larrieu,

Les conflits dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest paralysent l’activité économique de ces régions, affectant par la même occasion tout le pays. Les effets en sont la chute des exportations de bananes, de cacao et de café, entre autres. Réagissant à cette situation, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute a déclaré cette zone économiquement sinistrée  à la faveur d’un décret signé le 02 septembre 2019. Un plan de relance a de ce fait été mis en place avec des facilités aux investisseurs désireux d’y lancer leurs activités.

Les projets phares du plan de reconstruction et de relance des régions anglophones portent sur l’assistance humanitaire, la relance de la petite économie locale (reconstruction des marchés et des petites unités de production), la mise à disposition des services de base, la reconstruction des habitations, la reconstruction du tissu social, etc

« Ce programme peut être un vecteur qui ramène progressivement la paix dans ces deux régions. Cela va se faire en parallèle d’un certain d’initiatives. Il faut aussi que le processus politique suive, il faut que la situation sécuritaire continue à s’améliorer parce que c’est comme ça qu’on va pouvoir accéder aux populations pour leur apporter le soutien nécessaire », indique le représentant du PNUD au Cameroun, Jean Luc Stalon.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé