Société › Société

Recrutement: Une formation pour de jeunes ambassadeurs du panafricanisme

Le programme est lancé par Initiatives de gouvernance citoyenne (IGC) en partenariat avec State of the union (SOTU). La première phase concerne 30 jeunes installés au Cameroun

Raviver la dynamique unitaire ; créer des instruments normatifs de développement dans un contexte d’intégration embryonnaire et léthargique qui est celui de l’Afrique. Voilà les objectifs du programme qui démarre le 11 mars 2013 à Yaoundé, sous le label de Panafrican Youth Challenge. Il s’agit d’une action de l’Organisation non gouvernementale Initiative Gouvernance Citoyenne (IGC), en partenariat avec SOTU. A la base du projet, il y a la volonté des organismes cités plus haut de permettre aux jeunes citoyens de comprendre les lois, les valeurs et les mécanismes du panafricanisme, de l’Union africaine et des communautés régionales. Dans la foulée, il est aussi question de leur donner les outils nécessaires pour jouer un rôle actif dans la construction d’une Afrique intégrée et prospère. D’essence jeune, le DEFI, comme l’appellent les organisateurs du projet, est une construction intellectuelle rigoureuse, bien qu’elle ne soit pas diplômante. Il verra la participation et les contributions des juristes, représentants des médias, d’entrepreneurs du secteur formel et informel, et de tout citoyen qui souhaite participer à l’avancement de l’intégration régionale et sous -régionale.

Ouverte à 30 jeunes citoyens africains de tous secteurs d’activités, il s’agit d’une formation pratique en deux étapes. Trois semaines de cours théoriques et séminaires pratiques répartis en modules de concours de plaidoirie par équipes, de développement personnel (débat et communication publique, méthodologie de la recherche.) La deuxième étape longue de six mois se décline en stages pratiques sur le terrain, dans une localité du Cameroun. Les stagiaires vont mener des activités d’aide à la recherche et à l’insertion professionnelle. Au registre des coûts et des financements, les organisateurs rassurent : tous les candidats admis au programme reçoivent une bourse de participation. Quant à ceux retenus dans la phase finale pour le placement sur le terrain, ils reçoivent une allocation pour l’hébergement, le transport et la subsistance. Ne pourront prétendre à une prime d’encouragement et de soutien pour la reprise ou la continuation de leur activité que ceux ayant complété la totalité du programme.


citizens-governance.org)/n
À LA UNE
Retour en haut