Politique › Institutionnel

Refonte biométrique des listes: Ça piétine à Elections Cameroon

La structure doit aujourd’hui faire face à une grande impopularité, qui rend difficile la conduite de l’opération de rénovation des listes électorales

Se prononçant devant des journalistes, le Directeur Général d’Elections Cameroon (ELECAM), l’organe en charge de la gestion et de l’organisation des élections, est revenu sur la progression de la refonte biométrique des listes électorales au Cameroun. Une déclaration empreinte du paradoxe qui caractérise la situation même. «L’opération de refonte biométrique des listes électorales se poursuit sereinement, en dépit des difficultés», a fait savoir Mohaman Sani Taminou vendredi 21 décembre dernier, en marge d’une rencontre entre le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD) et les gouverneurs des régions. Les échanges entre ces différents responsables, ont permis de dégager qu’à la date du 15 décembre 2012, le nouveau fichier électorale comptait 1 980 982 électeurs inscrits sur l’ensemble du territoire, soit un peu moins de 30% des objectifs d’inscription que s’est fixé ELECAM. Mohaman Sani Taminou a apporté des justifications aux difficultés rencontrées sur le terrain. Selon lui, les raisons de la contre-performance que connaît l’opération sont à retrouver dans la faible implication des partis politiques et de la société civile. Des manquements dans la campagne de sensibilisation et de mobilisation des citoyens à s’inscrire sur les listes électorales. L’absence de sécurité au sein des locaux occupés par les démembrements territoriaux, et le fait que de nombreux électeurs potentiels ne possèdent pas de cartes d’identité nationale. Au sein du gouvernement pourtant, on semble montrer beaucoup de volonté. «Il est incontestable que la réussite de cette opération de refonte biométrique des listes électorales passe par la mise en place d’une véritable collaboration et d’une synergie fructueuse entre l’administration publique et Elections Cameroon », a déclaré le Ministre en charge de l’Administration du Territoire, Emmanuel René Sadi.

A Elecam, on semble fermer les yeux sur la réalité et on affirme que d’ici fin mars 2013, le processus atteindra les objectifs. Les partis politiques de l’opposition eux n’ont pas manqué de récupérer l’affaire. « Je ne pense pas que la simple volonté suffise à faire changer les choses, sinon nous aurions des élections crédibles depuis longtemps au Cameroun. Le fait est que la structure en charge de l’organisation des élections dans notre pays, ne fait pas l’objet de consensus. Plusieurs jeunes estiment que c’est une fois encore une mascarade où il s’agira de faire gagner Biya et ses alliés », a expliqué Sismondev Bidjocka intervenant dans un débat télévisé. D’autres observateurs trouvent en cela le jeu trouble des partis politiques notamment ceux de l’opposition. « C’est dommage que certains partis qui veulent pourtant concourir au jeu du suffrage populaire, ne s’impliquent pas assez dans la mobilisation des électeurs potentiels et certains prônent même le boycott, c’est une erreur monumentale, on atteindra difficilement le consensus et il est préférable que les gens s’inscrivent et mènent leur combat de l’intérieur », a fait savoir pour sa part Charles Ateba Eyene, un analyste du paysage politique local. Pour d’autres enfin, la refonte biométrique des listes électorales subit le désamour des populations à l’endroit des politiques. Ils sont nombreux à penser que renforcés à l’idée que leurs voix ne comptent pas, de millions de Camerounais ne se gênent pas à s’inscrire sur des listes électorales, alors qu’ils doivent faire face aux problèmes du quotidien. Cette situation survient alors que l’essentiel des membres du conseil des élections au Cameroun voient leurs mandats arriver à leurs termes à la fin de ce mois. Un espoir semble désormais résider dans les futurs changements qui devraient intervenir au sein de l’organisation. Si le président choisit des gens qui font l’unanimité, il y a des chances que le processus reparte. D’ici à là, tout le monde s’accorde à dire qu’on est loin d’atteindre les objectifs de 8 millions d’inscrits exprimé par ELECAM et le gouvernement.

Kit d’inscription sur les listes électorales au Cameroun
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé