Politique › Institutionnel

Refonte des listes électorales au Cameroun: Démarrage dans la contestation

Une fois encore Elections Cameroon l’organe en charge de la gestion des élections est critiqué dans l’organisation de sa logistique

C’est ce mercredi 03 octobre 2012 que débute officiellement au Cameroun le processus de refonte des listes électorales. Selon le texte rendu public par le Directeur Général d’Elections Cameroon, l’opération débutera par les chefs lieu de région. « Il faut retenir que ces chefs-lieux de région représentent 45% de l’électorat. C’est dans ces chefs-lieux de région que nous pensons que l’opération devra durer entre cinq et six mois. Il est donc bon pour nous que nous y commencions. La seconde raison de ce choix tient au fait que le personnel des antennes communales des zones rurales est encore en formation. Celle-ci n’est pas achevée à ce niveau. Elle prendra fin avant le 20 octobre 2012. Le personnel chargé des inscriptions au niveau des régions est formé depuis et il est donc suffisamment prêt pour commencer cette opération mercredi prochain », a expliqué Sani Mohaman Tanimou lors d’une intervention à la radio d’Etat, la CRTV. ELECAM s’est aussi fixé un objectif chiffré. Ses responsables ont indiqué qu’ils envisageaient d’inscrire au moins 7 millions de personnes et voire plus, avec des pics de 50 000 personnes inscrites par jour. « En termes d’objectifs, le plus important, à notre avis, est l’élaboration d’un fichier électoral fiable et transparent. Pour ce faire, nous voulons inscrire au moins les 7 millions d’électeurs qui ont pris part à la dernière élection présidentielle. Si nous pouvons faire 8 millions; ce n’est pas négligeable. Mais il faut déjà que nous ayons les 7 millions de la dernière élection », a-t-il poursuivi.

Quand la légalité fait problème
L’ensemble de l’opinion publique ne partage pas pourtant l’optimisme des responsables d’Elections Cameroon. Dans l’opposition la protestation gronde. Plusieurs partis politiques reprochent déjà l’illégitimité d’ELECAM. Mais concrètement, certains ont relevé un manque de précision organisationnelle. Lorsque les responsables d’ELECAM avaient repoussé la première date du début des inscriptions, la raison avancée était qu’ils souhaitaient être fin prêts. Aujourd’hui encore ils reconnaissent que l’ensemble du matériel n’est pas encore arrivé. « Nous disposons de 250 kits électoraux. 50 d’entre eux servent uniquement à la formation du personnel. Les 200 autres seront utilisés dans les chefs-lieux de région. Avant le 20 octobre 2012, les kits restants vont être livrés. Au fur et à mesure qu’ils arrivent, ils passent par notre centre informatique où ils subissent une dernière configuration et ils vont ensuite sur le terrain » a expliqué un responsable de cette organisation. D’autres critiques tiennent à la situation juridique du processus. Certains acteurs de la société civile comme Himaire Kamga du Mouvement Orange, insistent sur le fait que les inscriptions se passent en violation de la loi électorale, qui prévoit une période précise pour les inscriptions. Face à cette préoccupation, le Directeur Général des Elections a fait savoir qu’il s’en tenait au contrat qui le liait au partenaire Allemand. « Entre ELECAM et le partenaire Allemand, il y a un contrat et c’est ce contrat qui tient lieu de loi pour notre intervention », a-t-il fait savoir. Une interprétation du texte électoral qui normalement aurait dû être du ressort d’une juridiction. Une partie de la société civile se prépare, au-delà des polémiques, à s’assurer que l’opération se déroule normalement. « Nous avons déjà mis en place nos observateurs. Nous pensons qu’on n’aura jamais un code ou une instance électorale parfaite. Ce que nous demandons aux gens, c’est de s’assurer qu’ils ont été bien inscrits sur les listes, parce que si effectivement ELECAM est lié à son partenaire par un contrat, il vaut mieux pour tout le monde s’implique parce qu’après, cela pourrait être plus complexe », a fait savoir Philippe Nanga, le coordinateur du collectif Un Monde Avenir.

Les inscriptions biométriques débutent ce 03 octobre au Cameroun


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé