Politique › Institutionnel

Refonte des listes électorales: Plus de 4 millions d’inscrits annoncés

L’organe en charge de la gestion des élections au Cameroun a donné cette précision alors que le processus est à neuf jours de son terme

Des responsables d’Elections Cameroon (ELECAM) ont fait savoir qu’on avait franchi le cap des 4 millions d’inscrits dans le cadre du processus de refonte des listes électorales. « C’est le résultat d’un grand effort de communication et surtout de déploiement sur le terrain. Nous avons fini par intégrer un maximum de parties prenantes et nous pensons que si le même rythme se poursuit, nous pourrons atteindre même cinq millions », a expliqué Marie Rose Nzie, la responsable de communication de cette organisation, à l’occasion d’un débat télévisé sur le sujet. De nombreux partis politiques s’attribuent la paternité de ce regain d’intérêt. « Nous avons mis les batteries en marche pour que nos militant s’inscrivent sur ces listes. Si le SDF n’avait pas fait cet effort, c’est sûr que nous ne serions pas arrivés à ce niveau », explique Abdoulay Ibrahim du bureau régional centre du Social Democratic Front (SDF). Même revendication à l’UPC, où son porte-parole revient sur les actions de son parti, pour inviter les gens à s’inscrire « massivement » sur les listes électorales. Le RDPC n’est pas en reste dans les revendications. « Dès qu’on a annoncé la refonte biométrique, nos équipes sont descendues sur le terrain, pour sensibiliser les populations et les inviter à s’inscrire sur les listes. Lorsqu’on a commencé à dire que le rythme des inscriptions était lent, nous avons renforcé nos dispositifs en rapprochant les électeurs d’ELECAM », a expliqué en substance Laurent Serges Etoundi Ngoa, ministre des PME, mais aussi cadre du parti au pouvoir depuis 30 ans.

Une satisfaction qui ne devrait pas cacher de gros défis pour le processus. Certains chiffres rappellent les incohérences de son déroulement. Sur le bilan actuel, il ressort que le nombre des femmes est moins important que celui des hommes. Une situation que personne dans aucun parti n’arrive à expliquer. Selon les chiffres du dernier recensement général, la population camerounaise est en majorité faite de femme, et même au sein des partis politiques, on reconnaît qu’elles sont les plus nombreuses. Au-delà de l’incompréhension, le Ministre Tchiroma en charge de la communication mais qui est aussi le président de son parti, est allé dans le nord, pour demander aux hommes de s’inscrire. Le deuxième défi du processus de refonte biométrique est celui de parvenir au taux de participation critique. En 2010, la population camerounaise se fixait à près de 20 millions d’habitants avec à peu près 40% de jeunes entre 18 et 35 ans. À un rythme de croissance de 2,6% annuelle, on peut estimer la population en âge de voter à près de 9 millions en ce début 2013. Les 5 ou 6 millions d’inscrits escomptés par ELECAM à la fin du processus risquent de manquer de pertinence, d’autant qu’ils ne seraient pas représentatifs de la population en âge de voter d’une part. D’un autre côté, dans la perspective des élections locales, 4 millions d’électeurs seulement ne semblent pas pertinents pour une représentativité de qualité.

Plus de 4 millions d’inscrits annoncés sur les listes électorales au Cameroun

Cameroo-Info-Net)/n

À LA UNE
Retour en haut