› Société

Région du Centre : les églises de réveil dans le viseur du gouverneur

Naseri Paul Bea, gouverneur de la région du Centre. ©Droits réservés

Lors de sa tournée de prise de contact dans l’arrondissement de Yaoundé 2ème, Naseri Paul Bea a recommandé la fermeture des sièges des communautés clandestines, ainsi que des bars qui produisent des nuisances sonores.

Naseri Paul Bea part en guerre contre les bars et des églises de réveil hors-la-loi. Mardi dernier, dans le cadre de sa tournée de prise de contact dans l’arrondissement de Yaoundé 2ème, le gouverneur de la région du Centre a clairement donné des instructions pour que ces bars et églises de réveil ne nuisent plus à la tranquillité des usagers.

« La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. Ce n’est pas en criant toute la nuit et en empêchant aux autres de dormir que Dieu saura que vous l’avez loué », s’insurge le gouverneur. Naseri Paul bea s’engage ainsi sur un chantier jugé sans fin. En effet, de nombreuses fois, les autorités avaient pris sur elles de procéder à la fermeture des églises ne disposant pas d’acte d’autorisation. A titre de rappel, seuls 47 communautés religieuses sont autorisées au Cameroun.  Les innombrables autres prêchent dans l’illégalité.

Le 01er août 2013, par exemple, le sous-préfet de l’arrondissement 1er, Jean-Paul Tsanga Foé (désormais à la retraite) avait procédé à la fermeture de cinq églises de réveil illégalement ouvertes sur son arrondissement, dont la Cathédrale de la foi du controversé Dieunedort Kamdem. Une décision qui n’avait pas fait long feu. Le 26 août de la même année, le Minatd demandait aux différents sous-préfets de la région du Centre de suspendre la fermeture des églises illégales. Pour justifier cet acte, des responsables du Minatd promettaient des mesures à venir…qui restent attendues. Le gouverneur a donc fort à faire dans cette bataille pour la fermeture des églises de réveil.


Dépravation des mœurs

Pour ce qui est de l’anarchie dans l’exploitation des débits de boisson, Naseri Paul Bea observe que « les bars ont pris la résolution de ne plus respecter les heures de fermeture et d’ouverture, la dépravation des mœurs est devenue légion dans ces lieux ; ce qui encourage l’alcoolisme, la prostitution, le banditisme et bien d’autres choses qui n’honorent pas la jeunesse. On note également des endroits où des jeunes filles servent même toute nue. Ceci doit changer. Je demande aux différents responsables, de prendre  les mesures fortes pour fermer tous ces bars, qui violent la loi ».

Là aussi, Naseri Paul Bea s’attaque à une épineuse question. A de nombreuses reprises, les préfets et  sous-préfets des arrondissements du Mfoundi ont tenté de faire respecter la loi. Celle-ci prévoit notamment la fermeture des bars à 21h (pour les ventes à emporter) et à minuit pour les ventes à consommer sur place. Malgré ces campagnes de répression, les bars se multiplient.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut