Société › Société

Régulation des médias: Haman Mana attendu au Cnc ce 19 juin

Haman Mana, directeur de publication "Le jour" (c) Droits réservés

L’organe de régulation souhaite entendre le directeur de publication du journal «Le jour» au sujet d’un article «Mrc: la traque au faciès» publié dans les colonnes du quotidien.

Le titre «Mrc: la traque au faciès» qui barrait la Une du journal «Le jour» le 13 juin fait à nouveau parlé de lui.

Le Conseil national de la communication (Cnc) a convoqué Haman Mana, le directeur de publication du quotidien «Le jour» ce 19 juin. L’organe de régulation des médias veut l’entendre au sujet de l’article qui a défrayé la chronique ces derniers jours.

Article qui révèle que des forces de l’ordre ont interpellé des individus sur la base de leur appartenance ethnique. L’enquête publiée en page 5 du journal rapporte que des manifestants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) étaient interrogés sur leurs origines avant d’être embarqués. «Un individu avec un nom à consonance Bamiléké était plus susceptible de se faire arrêter et de finir en prison qu’un autre», indique le quotidien. Un papier qui a créé un tollé général au sein de l’opinion publique. Interpellé à ce sujet, Haman Mana a expliqué que le journal n’a fait que rapporter des faits et témoignages recueillis dans les commissariats et gendarmeries.

Le président du Cnc, Peter Essoka, via un communiqué le 14 juin, a condamné «la diffusion d’informations à caractère conflictogènes, mettant en exergue des propos haineux, tribalistes ou séditieux».

Revenant sur des extraits de l’article du journal «Le jour», le Cnc indique que «ces dérives» sont devenues récurrentes dans les médias «les professionnels de l’information semblent ainsi avoir abandonné leur rôle pour se comporter comme des milices au service de groupes de pression politiques, économiques, culturels». Jean François Channon, Directeur de publication du journal «Le messager», condamne une régulation à double vitesse «dans ce cas précis, j’ai le sentiment que le Cnc a subi une pression. Parce qu’il y a plusieurs propos appelant à la haine tribale qui ont été diffusés dans les journaux proches du pouvoir et il n’y a pas eu de réaction du Cnc. Ici, le Cnc est dans un rôle d’intimidation plutôt qu’un rôle de pédagogie», croit-il savoir.

Pour Thierry Ndong, patron du journal «Intégration», répondre à une convocation du Cnc fait partie du quotidien des directeurs de publication «il est le premier responsable de ce qui est diffusé dans le journal. Ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire maintenant tout dépendra de l’audition et des arguments des uns et des autres».



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé