Culture › Musique

Rencontre avec le groupe Lawal Band, entre tradition et modernité

Lawal Band est un groupe de musique créé il y a de cela 09 ans à Douala par Lawal Teng’si. Le groupe joue aussi bien avec la guitare qu’avec le djembé, la calebasse, le tam-tam, etc

La musique qui adoucit les m urs est aussi un élément majeur qui nous amène à faire connaissance. C’est donc dans cet état d’esprit que ce groupe a bien voulu se prêter à nos questions.

Qui est Lawal Band ?
Lawal Band est un groupe de musique créé il y a de cela 09 ans à Douala par Lawal Teng’si ; il est composé de quatre membres: Lawal Teng’si le guitariste et auteur-compositeur à 85% du groupe, Pascal Mefo’o percussionniste, chef d’orchestre et auteur, Mimi Yvy, « la reine mère», est auteure, chanteuse, joueuse de shakers; elle confectionne également les tenues du groupe. Enfin Vicky Mandjawa, auteure, chanteuse, joueuse de shakers. La musique du LAWAL BAND est à la fois traditionnelle et moderne. Moderne parce que nous utilisons de la guitare électro acoustique, et titillons l’univers des rythmes tels que le jazz, le blues. Traditionnelle parce que nous intégrons des rythmes qui sont propres à notre culture ancestrale dont nous sommes inconditionnellement jaloux. C’est cette part de notre identité qui est représentée dans nos musiques par les sons des instruments tels que le djembé, la calebasse, le tam-tam, le tambour, des grelots, etc. et théâtralisée dans chacun de nos spectacles. C’est tout ça qui crée le  » KWO’OSI Jazz » notre rythme. Et comme disent certains, nous sommes des griots modernes. Parce que notre façon de le faire est très originale.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans la musique ?
Il faut tout d’abord préciser que l’art est inné; ce qui fait que chacun de nous a un parent, un arrière parent qui fait ou qui a fait dans l’art:
Lawal Teng’si: « je suis un petit fils du roi de chez nous de par mon père et en Afrique quand on parle de royaume on parle de l’art et tout ce qui l’entoure, et petit fils de griot de par ma mère ».

Pascal Mefo’o: « mon grand-père « Archangelo de Moneko’o’ était un grand musicien qui a d’ailleurs fait ses preuves dans mon village et même dans mon pays le Cameroun ».

Vicky Mandjawa: « mon amour pour la musique vient de mon grand-père maternel qui était un griot ».

Mimi Yvy: « j’hérite la musique de mon père qui était grand compositeur et maître de chorale et de mon grand-père paternel « roi » de chez moi qui était non seulement un roi, mais aussi un griot ».
En conclusion, nous faisons la musique par vocation et surtout par amour.

J’ai beaucoup apprécié votre titre «Nihi Ndouma», pouvez-vous nous révéler le secret de son message ?
Cette chanson s’adresse à toutes ces croqueuses de mari qui passent tout leur temps à flasher sur les maris des autres à défaut de chercher le leur. Alors ici, la femme légitime déclare que malgré tout, elle reste et demeure la choisie et quel que soit ce que les «croqueuses» feront ou le lieu où ces dernières l’amèneront, il reviendra toujours à la maison, comme un papillon qui revient toujours sur sa fleur.

Parlez-nous de votre nouvel album?
Pour parler d’album, nous en avons un seul «BLACK NATURE» sorti en 2010, et cela a été une auto production c’est à cet effet qu’aucune promotion, ni distribution n’a été vraiment faite. Maintenant notre souhait est d’avoir un producteur si possible afin de faire un autre album dont les chansons sont déjà prêtes, mais en attendant pour ne pas rester les bras croisés, nous envisageons de faire un « single » pour nos nombreux mélomanes qui s’impatientent déjà.

Chacun de nous a une définition propre à lui de la culture et vous ?
Pour nous la culture est une identité qu’il ne faut pas perdre, car c’est la racine même et le socle réel de chacun.

Les quatre membres du groupe Lawal Band
Journalducameroun.com)/n

Racontez-nous un de vos beaux moments de culture ?
L’un de nos beaux moments, oui ! Nous l’avons vécu il y a quelques semaines, lors du spectacle organisé par l’ambassade des USA au Cameroun, dans le cadre du programme « American Music Abroad » pendant lequel nous avons eu le privilège de jouer avec le Berklee Global Jazz Institute de Boston/USA. La rencontre fut formidable et surtout très émouvante. L’expérience a été très grande pour nous et nous souhaitons que cela puisse produire des fruits.

Avec quelles personnalités artistiques avez-vous déjà travaillé?
Nous avons travaillé avec Alain Oyono, actuel saxophoniste de Youssou Dour, Blaise Essame, grand technicien de son, Christian Mba, grand maître de musique et grand arrangeur, et bien d’autres…
Quels messages voulez-vous partager avec ceux qui vous liront ?
Nous leur disons de nous faire confiance, car le meilleur est à venir.

LAWAL BAND Nihi Ndouma ( laisse mon mari )


Journalducameroun.com)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé