› Politique

René Sadi : « Les gouverneurs, les préfets et sous-préfets, continueront d’exister dans la décentralisation »

(C) Droits réservés

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, a livré les détails du processus de décentralisation engagé en 2004.

Le ministre René Emmanuel Sadi s’est exprimé au sujet du processus de décentralisation. Après le discours du chef de l’Etat à la nation du 31 décembre 2017, le Minatd affirme que le premier volet de la décentralisation a été atteint. « Quand monsieur le président de la République dit qu’il faille accélérer le processus de décentralisation, ceci suppose d’abord que celui-ci est engagé. Contrairement à ce qu’on a entendu ci et là (…) le premier volet de la décentralisation a été atteint en 2015» affirme-t-il.

Dans son propos, le ministre RenĂ© Emmanuel Sadi rĂ©vèle que ce premier volet consistait en l’adoption des prĂ©alables juridiques, notamment des lois de 2004 et 2009. Ces lois sont relatives respectivement Ă  l’orientation de la dĂ©centralisation, et au rĂ©gime financier applicable aux collectivitĂ©s territoriales dĂ©centralisĂ©es. Après cette Ă©tape, le Minatd a enclenchĂ© le transfert de 63 compĂ©tences aux collectivitĂ©s territoriales au cours de l’annĂ©e 2015.


« Tout ce qui devait être transféré l’a été, en dehors de deux ou trois d’entre elles », ajoute René Sadi. Il poursuit que le deuxième volet concerne la mise en place des régions, une exigence qui « obéit à un calendrier politique ». Le ministre de l’Administration territoriale, pour finir, a répondu à la question du rôle des actuels responsables d’unités administratives que sont : les gouverneurs, les préfets et les sous-préfets. « Les conseillers régionaux auront des compétences bien précises qui ne viendront pas remettre en cause celle des régions en tant qu’unités administratives (…) les attributions des conseils régionaux sont bien délimitées. Les gouverneurs, les préfets et les sous-préfets continueront bien d’exister », conclue-t-il.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut