Dossiers › Focus

Rentrée scolaire au Cameroun: En attendant le 7 septembre!

La rentrée scolaire est prévue le 7 septembre cette année

Les opérations d’inscription dans presque tous les établissements de Yaoundé ont commencé depuis le mois de juillet. Notamment dans les collèges tels que « Le collège de la Retraite ». De nombreux parents sont novices dans les incriptions, et pour eux l’opération est « un véritable parcours du combattant ». Jeanne Kegne, un parent d’élèves se confie : « Mon premier fils a 3 ans et je ne sais pas encore si je devrais le mettre dans une école publique ou privée ». Coté établissements mis à part quelques uns où les procédures d’inscription sont déclarées officiellement closes, les inscriptions se déroulent timidement dans la plupart d’entre eux. Pour certains responsables d’établissement cela va être difficilement respecté car plusieurs parents attendent toujours les salaires du mois d’août pour débuter les inscriptions. Ces salaires sont perçus entre le 27 et le 29 août, ce qui laisse envisager des bousculades de dernière minute. D’un autre coté le gouvernement a procédé dernièrement à la création de nouveaux établissements ainsi qu’à la nomination de nouveaux responsables.

Ces deux facteurs combinés devraient contribuer à favoriser les retards dans les inscriptions et les bousculades de dernières minutes qui s’en suivent souvent. Les dépenses qu’implique la rentrée scolaire sont de plusieurs ordres. Dans les établissements privés comme publiques, il y a des parents qui viennent pour gérer le recrutement ou la reprise de leurs enfants exclus. Dans d’autres établissements, les inscriptions s’accompagnent de l’exigence d’achat du matériel scolaire. Pour les écoles maternelles et primaires publiques, les inscriptions sont en principes gratuites. Mais les frais annexes varient d’un établissement à l’autre.

De tous les frais engagés, les frais D’APE (association des parents d’élève) sont ceux qui prêtent le plus à controverse. Son encadrement n’est pas toujours clair selon certains parents, et son montant est sujet à caution.  »Parce que j’ai 4 enfants, je dois payer 4 fois la contribution au titre de parent d’élève », se plaint Ndoumbe Janvier, un parent d’élève. Dans les établissements on explique tant bien que mal cette situation en principe illogique. Il y a quelques semaines les frais d’ape sont passés de 5.000 à 16.000 FCFA au lycée de Mendong. Sous prétexte de construction de salles de classes, de paiement des salaires des vacataires, etc. Ceci crée souvent des discordes d’une part entre les enseignants eux-mêmes et les parents d’élèves et d’autre part entre les chefs d’établissements et les parents. Pour beaucoup, c’est de l’arnaque. Ce sont des ruses et des astuces utilisées pour distraire de l’argent, pense Simon-Pierre Amougui, délégué régional des Enseignements secondaires pour le Centre. Mais, les responsables ont dû être rappelés à l’ordre et la somme est retombée à 5000 FCFA.

Le bilinguisme du Cameroun prend de plus en plus son envol. Les écoles bilingues sont de plus en plus présentes dans le milieu scolaire. Ce sont le plus souvent des écoles privées. A chaque coin de rue, on trouve des écoles bilingues.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Retour en haut